Des renards et des hommes


L’odeur de l’herbe coupée est un documentaire sur le renard en Lorraine où il fait face aux chasseurs et aux agriculteurs. A l’aide de sa caméra, le réalisateur lorrain Franck Vigna, par ailleurs naturaliste et militant dans des associations de protection de la nature, vient de réaliser un documentaire sur la place du renard dans l’écosystème de sa région. Avec ce film, il donne la parole à tous les acteurs de la vie du renard. Un piégeur, un chasseur, un scientifique, un naturaliste et deux agriculteurs exposent leurs points de vue, pour aider chacun à se forger son opinion cet animal sujet de controverses. Auxiliaire utile pour les uns, nuisible concurrent pour les autres, le renard laisse peu de gens indifférents. Certains l’adulent, à d’autres le traquent. Franck Vigna a répondu à nos questions par email.

Pourquoi avoir fait ce film ?
Je pense que le renard mérite que l’on parle de lui. Juridiquement, il est classé « espèce nuisible » , le mot est dur . Mais, ce statut de « nuisible » soulève des interrogations : à qui nuit-il ? Que lui reproche-t-on réellement ?  Quels sont les dommages qui lui sont imputés ? Mais, aussi à qui et comment peut-il se rendre utile ? L’idée de ce reportage est de donner de l’information venant de différents intervenants  dont 1 chasseur, 1 piégeur, 1 naturaliste, 1 scientifique et 2 agriculteurs. Au spectateur de se faire seul son idée sur le sujet.

Quelle a été votre démarche ?
J’ai proposé aux intervenants un film sur le renard où chacun pourrait s’exprimer librement. Je n’ai jamais caché mon côté naturaliste aux chasseurs et je leur ai promis un film honnête. Je leur ai proposé de les rencontrer, de les accompagner sur le terrain et de leur faire signer les autorisations de diffusion une fois le film achevé. 

Que retenez-vous de votre enquête sur le renard  ?
N’étant pas issu du monde cynégétique, je me suis vu fermer beaucoup de portes avant de trouver les intervenants chasseurs/piégeurs. Les fédérations de chasse n’ont pas souhaité participer à ce projet.  J’ai eu aussi énormément de mal à pouvoir filmer un élevage de gibier destiné à la chasse.

Aujourd’hui, la chasse au renard se justifie-t-elle encore ?
L’idée du film est d’apporter la réponse à cette question. Mais, c’est au spectateur de se faire son idée.

15 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] L’odeur de l’herbe coupée est un documentaire sur le renard en Lorraine où il fait face aux chasseurs et aux agriculteurs. Ce documentaire interroge sur la place du renard dans l’écosystème de sa région.  […]

    • Damien

    Voici un excellent reportage. Le jour ou les renards auront des fusils, il y aura moins de chasseurs de renards. CQFD.

      • Marie M.

      BRAVO Damien pour votre commentaire, les chasseurs sont frs lâches.

      • Attilio Malorgio

      dommage que les renards n’ont pas de fusil ce serait bien mieux enfin il y aurait une vrais régulation car l’homme détruit tous j’ai eu de renards dans mon jardin il n’y avait plus de rats , puis des cons les ont tués car il avait peur de la rage pour les enfants soit disant , bien que je leurs ai prouvé qu’il n’y avait plus de rage , ces gens cons ne m’ont pas cru et plus de renards.
      voilà histoire bien triste l’homme ne respecte rien et le fait qu’ils sont classés nuisible en france est une bonne escuse car bein qu’on dit que le renard est rusé il s’arrête toujours même quand il fuit et là c’est trop tard car avec le matériel moderne que les chasseurs emplois ces pauvres goupils n’ont pas de chance
      bien à vous
      et mort aux chasseurs indignent et non respectueux de la nature

    • therese DELFEL

    Remarquable documentaire, qui remet beaucoup de choses à leur place et rappelle que la vie sauvage ne nous appartient pas. La classification en espèces « utiles » ou « nuisibles » relève d’un autre âge vraiment, mais l’autre aspect fascinant du documentaire est de rappeler que la vie sauvage existe tout près de chez nous, devant nos yeux, il suffit de regarder, pas besoin de partir au Kenya ou au Costa Rica, la vie sauvage est là, et elle doit rester libre et préservée. Bravo pour ce film !

    • Luis

    Superbe! Magnifique évocation de ce qui nous reste encore de vie sauvage à côté de chez nous. Les raisons invoquées par le chasseur et le piégeur, qui malgré tout ont eu le mérite de témoigner, sont pathétiques. La nature s’équilibre toute seule. Elle n’a pas besoins d’auxiliaires mus uniquement pour leurs intérêts catégoriels.

    • manon

    Il y a une vingtaine d’année vers chez moi dans le var, le renard a été déclaré « nuisible » car gros consommateur de gibier ! La chasse a été ouverte, les renards décimé. Les lapins se sont multipliés, la nourriture manquait, la myxomatose leur a été inoculée pour en supprimer, résultat : les lapins ont été pratiquement décimé … ont a réintroduit des lapins et le laisser le renard tranquille … là où l’homme intervient, l’équilibre n’est plus !

    • Michel R.

    Désolé de me démarquer un peu de ce discours très poétique et un peu passionnel. J’habite dans le Var (pas d’agriculture intensive) en milieu péri-urbain, j’ai quelques poules, élevées en bio (et en liberté complète l’après-midi, écologie oblige) depuis plus de trente ans. Je subis régulièrement des attaques de renard ou de fouine à la tombée de la nuit, au moment où les poules rentrent dans les cabanes (fermées ensuite). Trois poules disparues en octobre (renard pas fouine). J’ai du coup éliminé sans aucun regret un renard en octobre, puis un deuxième en novembre. Pour le renard, à mon sens , ce sont un peu les « risques du métier ». Je ne suis pas chasseur du tout, mais j’ai du mal à tolérer la loi « opportuniste » (voir film) dite « du renard libre dans le poulailler libre » (certains comprendront). C’étaient de belles bêtes, nées dans un terrier estimé à 200 m de chez moi.

      • Teysseire

      Si on laissait au renard un habitat plus large, s’il trouvait suffisamment de quoi se nourrir dans cet habitat, il ne viendrait pas manger vos poules. La nature est grignotée par la ville, le peri urbain, l’extension des zones pavillonnaires. Cependant, le renard opportuniste et malin, sait trouver des proies faciles, si au lieu de le tuer vous jouiez au plus malin avec lui, trouviez un meilleur moyen de protéger , une meilleure heure pour rentrer vos poules? voler ne mérite pas une condamnation à mort.

      • Attilio Malorgio

      fait ce qu’il faut pour tes poules moi aussi j’en ai et les renards passent à côté du grillage mais ne peuvent pas les atteindre alors fait comme moi .
      il y a des sites qui t’explique ce que tu dois faire pour protégé tes poules. mais l’homme veut la facilité facile alors de s’en prendre aux pauvres renards qui comme toi doivent se nourrir.
      pauvre homme triste pour tes poules mais des renards ils y en a toujours eu et toi tu veux contrarier la nature.
      on devrait demander aux animaux qu’ils régulent les humains ce serait mieux régulé
      bises mec

    • Jean-nat

    Superbe reportage. Le message est transmis tout en finesse et avec justesse. Bravo et vive la nature!

    • chaumien

    La nature a créé l’espèce des renards parce qu’elle a une fonction sans doute aussi importante que celle des humains. Qu’on se le dise.

    • Attilio Malorgio

    bonjour moi qui suis photographe et ayant eu sur 2 ans +- 8 renards adultes qui fréquentaient mon jardin la nuit et aussi pour avoir suivi pendant des années des renards dans les champs je pense que le seul nuisible pour la nature est l’homme.
    la dernière fois que je me suis pris la tête avec un chasseur c’est quand il ma dit qu’il versait dans tes tanières pour faire sortir le renard , du javel, de l’acide chlorydrique et de l’amoniac soit ceal fait du gaz moutarde utilisé pendant la guerre 14-18
    bien à vous .
    en belgique le pédophile marc dutroux et son épouse michèlle martin on laissé mourir 4 gamines et eux sont toujours en vie , mais quand le renard tue une poule on le descend

    • larche

    je vient de voir beau reportage sur le renard , je suis chasseur mais maternent j’ai une autre vision sur le renard qui ma apporter beaucoup , j’ai vue que le renard mange beaucoup de mulots , les propriétaires de renferme vos poules du mois de février au mois de mai , cette période c’est la mise bas des femelles , quand les petits sont nées le 1e mois il tête la mère, mais par la suite les parents
    renards il y a en moyenne 5 petits a nourrir et plus les adultes , a ce moment la il cherche de la nourriture facile a attraper donc dans les poulaillers , mais aussi il mange les lapin malade, MERCI pour REPORTAGE .

  • Bonsoir Franck Vigna,
    J’ai beaucoup apprécié votre film empli de poésie, de douceur dans ce milieu que je vous envie.
    Le Hobby de la chasse est toujours présent surtout sur ces territoires giboyeux….Ici ou je me trouve, il n’y a plus de gibier ou si peu…Que les chasseurs passent plus leur temps à discuter qu’à tuer, les jours de chasse.
    Mais cela ne les empêche pas d’organiser des battues aux renards… Histoire d’occuper le temps et de se sentir Chasseur et utile….Ce fut le cas aussi pour les corneilles trop nombreuse et bruyante dans le village…
    J’aurai plaisir à discuter avec vous, et de vous parler de l’un de mes projets…..Sur notre Goupil.
    Merci pour ce film, je suis admiratif pour cette réalisation que j’ai découvert en cherchant des infos sur le Renard.
    Bien cordialement MC (membre de l’ASPAS)