Botswana : de nouvelles connaissances scientifiques sur le rôle majeur des grands éléphants mâles dans la survie de l’espèce questionne la décision d’en autoriser la chasse

Des chercheurs de l’université d’Exeter viennent de mettre en lumière le rôle primordial des grands éléphants mâles dans la vie des groupes. En plus de servir de guides aux groupes de jeunes éléphants, ce sont également les meilleurs reproducteurs. Ils sont donc nécessaires à la survie de l’espèce. Cette découverte du rôle clef des éléphants les plus âgés dans la vie et la survie de ces animaux à l’état sauvage intervient au moment où le Botswana autorise à nouveau leur chasse. Dans cette vidéo Universcience revient sur les implications de connaissances nouvelles alors que les autorités du Botswana viennent de lever l’interdiction de la chasse à l’éléphant. La mesure se justifierait par le fait que seuls les vieux mâles seraient tués, et non les femelles et leurs petits. Or, plus chassés que les femelles pour la taille de leurs défenses, l’espérance de vie des mâles est inférieure de près d’une vingtaine d’années à celle des femelles.

Découvrez le programme Elephants for Africa de la Fondation GoodPlanet

Elephant for Africa – coexistence humains-éléphants

Le Botswana lève l’interdiction de chasser l’éléphant

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Les éléphants sont en voie de disparition , il est donc indispensable d’interdire sa chasse partout , le rôle de l’éléphant mâle est connu depuis longtemps , il est évident , ce n’est absolument pas une découverte .

    • Fiteloo

    Comment peut-on se dire : «  je pars en vacances chasser un éléphant ? » ou un animal? Où est la détente? La traque, la capture, la tuerie???
    Je ne comprends pas cette cruauté indigne des habitants de cette planète où nous ne sommes qu’hébergés d’ailleurs.
    Comment développer l’intelligence et la connection à la nature en l’anéantissant?
    Ne faisons-nous pas qu’un? c’est le grand problème de notre passage, trop peu de gens se connectent à l’essentiel.

L’entomologiste Henri-Pierre Aberlenc : « on peut tout ignorer des insectes, mais c'est se priver d'une composante fabuleuse du réel »

Lire l'article