À Taïwan, une photo de mariage devant des ordures pour dénoncer la pollution

taiwan déchets plastiques photo de mariage

Photo diffusée par Owen Kang le 20 octobre 2023 de la militante Iris Hsueh e et de son fiancé Ian Ciou posant en tenue de mariage devant une décharge à ordures à Puli, dans le comté de Nantou, à Taïwan © OWEN KANG/AFP Handout

Nantou County (Taiwan) (AFP) – Une photo de mariage peu orthodoxe: un couple taïwanais vêtu d’un smoking et d’une robe blanche s’embrasse devant une montagne d’ordures, la mariée, soucieuse de l’environnement, espérant ainsi décourager ses invités de produire des déchets inutiles.

Pour leur « mariage écologique » prévu en janvier prochain, Iris Hsueh, militante de Greenpeace, et son fiancé ont demandé à leurs invités de venir avec leurs propres récipients pour emporter les restes alimentaires.

Décidant que montrer – et non pas dire – était une méthode de communication plus efficace, le couple basé à Taipei a fait trois heures de route pour une séance photo dans la commune de Puli (centre), où la quantité de déchets apportés à la décharge locale n’a cessé d’augmenter au fil des ans.

« Si un invité n’est pas disposé à apporter un récipient, je lui montre la photo et lui demande de reconsidérer sa décision », explique à l’AFP la jeune femme de 33 ans, ajoutant que les photos avaient fini par attirer l’attention des médias locaux.

Taïwan, une île autonome de 23 millions d’habitants, dispose d’un programme de recyclage depuis 1987. Plus de 50% des déchets ménagers sont traités par ce système, ce qui représente l’un des taux les plus élevés au monde.

Mais Chen Chun-hung, responsable de l’équipe d’assainissement de la commune de Puli, a observé que la quantité d’ordures avait augmenté de façon spectaculaire : d’environ 20 tonnes par jour dans les années 1980 à quelque 50 tonnes aujourd’hui.

« Notre population diminue, mais la quantité d’ordures augmente chaque année », relève-t-il auprès de l’AFP.

La décharge de Puli était à l’origine un parking pour les camions à ordures, et son utilisation comme site de stockage des déchets devait être « temporaire », explique M. Chen, mais elle fonctionne maintenant depuis trois ans.

« Il y a deux ans, c’était haut (comme un immeuble de cinq ou six étages) et l’odeur était encore pire. Il était devenu insupportable de travailler ici », raconte-t-il, ajoutant qu’il pensait que les actions du couple étaient « significatives ».

« Les jeunes sont très créatifs par rapport à nous, les plus âgés. »

Depuis que leurs photos sont devenues virales, Mme Hsueh dit que ses amis et ses proches avaient promis de réfléchir à la quantité de déchets qu’ils produisaient dans leur vie quotidienne.

Et pour le grand jour ? « J’espère voir tout le monde avec un récipient », déclare Hsueh avec un sourire malicieux.

© AFP

À lire ausisi

Dans les rues de Buenos Aires, le plastique recyclé peut sauver du froid

Pollution chimique et plastique, une nouvelle limite planétaire franchie

27 millions de vélos en libre-service dans les grandes métropoles chinoises, et un immense gâchis

Ecrire un commentaire

Bonne nouvelle : les émissions d’une famille de gaz nocive pour la couche d’ozone et le climat diminuent plus vite que prévu

Lire l'article