Le dioxyde de soufre autorisé temporairement contre le coléoptère des ruches

abeilles ruche coléoptère

Une reine (point blanc) parmi d'autres abeilles lors de la collecte de miel des ruches sur le toit du centre commercial Beaugrenelle à Paris, le 9 septembre 2014 © AFP/Archives Eric Feferberg

Paris (AFP) – Les insecticides contenant du dioxyde de soufre, une substance controversée, sont autorisés pour 180 jours pour tuer les colonies d’abeilles infestées par le coléoptère des ruches afin de lutter contre sa propagation, selon un arrêté publié vendredi au Journal officiel.

Le coléoptère des ruches, ou Aethina tumida de son nom scientifique, est un insecte dangereux pour les ruches car il se nourrit du couvain (les oeufs et les larves d’abeilles), du miel et du pain d’abeilles et détruit les cadres des ruches, indique le ministère de l’Agriculture sur son site.

« L’introduction en France de ce danger sanitaire de première catégorie aurait des conséquences sanitaires et économiques lourdes pour la filière apicole », précise le ministère.

Le coléoptère des ruches a été découvert en Europe en 2014 dans le sud de l’Italie et en juillet 2022 un foyer a été repéré à La Réunion.

L’apparition de ce petit insecte brun ou de ses larves dans une ruche doit obligatoirement être signalée à la Direction départementale en charge de la protection des populations ou à un vétérinaire.

Le dioxyde de soufre, de la famille des sulfites, est interdit depuis 2007 comme insecticide. Il est considéré comme un produit polluant et peut provoquer des irritations des muqueuses, de la peau et des voies respiratoires.

Il a néanmoins déjà été autorisé temporairement en 2013 contre les frelons asiatiques.

L’arrêté précise qu’une « zone de sécurité de 50 mètres autour de la zone de traitement » devra être établie avant de l’utiliser et l’accès à cette zone devra être limitée « aux personnes dont la mission l’exige ».

Les personnes se trouvant à proximité devront être averties et « les fenêtres et portes des locaux se trouvant à moins de 50 m de la zone de traitement doivent demeurer clos jusqu’à la fin de l’opération ».

© AFP

Egalement sur GoodPlanet Mag’ :

Des apiculteurs bretons entament un « convoi mortuaire » de ruches mortes

En Israël, des ruches robotisées pour préserver les abeilles

En Tunisie, des « ruches intelligentes » pour sauver les abeilles

Ecrire un commentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article