10 investisseurs tiennent entre leurs mains la moitié des investissements dans les énergies fossiles

investissements énergies fossiles climat accord de paris

Barge Smit Bornéo et Plateforme MOQ Well Head - Champs pétrolifères du nord - Qatar

La moitié (49,5 %) des investissements mondiaux dans les énergies fossiles, à savoir le charbon, le pétrole et le gaz, sont détenus par 10 acteurs financiers. Il s’agit de gouvernements, de fonds souverains ou encore de conseillers financiers. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans le journal Environmental Innovation and Societal Transitions. Ses auteurs ont regardé qui investit dans les 200 premières entreprises des énergies fossiles. Ils affirment que ces 10 investisseurs ont un rôle clef à jouer dans la transition énergétique et le respect de l’Accord de Paris. Les auteurs Dordi et Olaf Weber de l’université de Waterloo, Sebastian Gehricke de l’université d’Otago en Nouvelle-Zélande et Alain Naef de la Banque de France écrivent : « nous concluons qu’un nombre restreint d’investisseurs a le potentiel pour influencer les orientations stratégiques et la gouvernance de ces firmes et ils doivent en conséquence être tenus responsables pour financer des activités qui contribuent à l’instabilité climatique. » Le site ScienceDaily rapporte que l’auteur principal de l’étude, Truzaar Dordi soutien que ce travail montre que les investisseurs et les gouvernements peuvent changer si leurs clients et leurs citoyens les pressent à décarboner. Il précise : « Individuellement, réduire la demande pour les énergies fossiles en conduisant moins, en prenant moins l’avion et en éteignant la climatisation est génial. Nous devons garder cette démarche à l’esprit. Mais, nous devons aussi réduire la production d’énergie fossile, que les 10 acteurs financiers que nous avons identifiés dirigent. Sans eux, nous ne ferons pas le nécessaire pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et éviter la catastrophe climatique. »

Julien Leprovost

A lire aussi

La taxonomie, un outil européen pour définir la finance verte

Le Parlement européen valide le label « vert » de l’UE pour le gaz et le nucléaire

2 900 milliards de dollars d’investissements dans les renouvelables depuis 2004

Nicholas Stern : « il faut cesser d’avoir une vision parcellaire et étriquée de l’économie qui ignore les dégâts que nous causons »

Ecrire un commentaire