La pandémie de Covid avait fait entre 13 et 17 millions de morts à la fin 2021, selon l’OMS

pandémie de covid 17 millions de morts

Dépistage du Covid-19 à New Delhi, le 5 mai 2022 en Inde © AFP Prakash SINGH

Genève (AFP) – La pandémie de Covid-19 était responsable de la mort de 13 à 17 millions de personnes à la fin 2021, soit beaucoup plus que le nombre de morts officiellement recensés dans le monde, selon une nouvelle estimation de l’OMS, qui suscite déjà la polémique.

Ces chiffres très attendus donnent une idée plus réaliste des effets dévastateurs de la pire pandémie depuis un siècle qui, selon ces données, a déjà tué 1 humain sur 500 et continue de faire des milliers de morts chaque semaine.

« Le bilan total associé directement ou indirectement avec la pandémie de Covid-19 entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021 est d’environ 14,9 millions de morts (une fourchette de 13,3 à 16,6 millions) », a révélé l’organisation jeudi.

Depuis le début de la pandémie, les chiffres officiels des pays membres compilés par l’OMS arrivent à un total de 5,4 millions de morts sur la même période, mais l’OMS a averti de longue date que cette statistique sous-estimait la réalité.

L’OMS a déclaré que la plupart des décès excédentaires (84%) étaient concentrés en Asie du Sud-Est, qui dans le découpage régional de l’OMS comprend l’Inde, en Europe (qui comprend la Russie et d’autres pays de l’ex-URSS) et dans les Amériques.

Quelque 10 pays représentaient à eux seuls 68% du total de la surmortalité, ce sont dans l’ordre décroissant le Brésil, l’Egypte, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, le Pérou, la Russie, l’Afrique du sud, la Turquie et les Etats-Unis.

Comptes des décès du Covid

« Ces données, qui font réfléchir, soulignent non seulement l’impact de la pandémie, mais aussi la nécessité pour tous les pays d’investir dans des systèmes de santé plus résilients capables de soutenir les services de santé, essentiels pendant les crises, y compris des systèmes d’information sanitaire plus solides », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

De fait, les chiffres publiés jeudi par l’OMS souffrent de trous dans les statistiques, la collectes de données étant parfois parcellaire voire totalement inexistante pour certains pays. Les fourchettes données vont parfois du simple au double.

L’Organisation estime ainsi que 6 décès sur 10 ne sont pas enregistrées au niveau mondial.

La surmortalité est calculée en faisant la différence entre le nombre de décès réels et le nombre de décès estimés en l’absence de pandémie, en se basant sur des statistiques existantes.

La surmortalité comporte aussi bien les décès directement provoqués par la maladie que ceux qui l’ont été indirectement.

Les causes indirectes peuvent être notamment dues à des structures de santé surchargées et forcées par exemple de retarder des procédures chirurgicales ou des séances de chimiothérapie pour des malades du cancer.

Parfois, les confinements ont aussi évité des morts comme pour les accidents de la circulation.

Comprendre la mortalité liée au Covid

« Mesurer la surmortalité est un composant essentiel pour comprendre l’impact de la pandémie », a expliqué Samira Asma, en charge du dossier à l’OMS.

Les informations plus fiables permettent aux décideurs de mieux préparer le terrain pour limiter l’impact de futures crises.

« Ces nouvelles estimations sont basées sur les meilleures données disponibles produites à l’aide d’une solide méthodologie et d’une approche complètement transparente », a-t-elle assuré.

Le sujet est extrêmement sensible en raison des répercussions politiques, ces chiffres étant indicateurs de la qualité de la gestion de la crise par les autorités.

L’Inde a particulièrement critiqué jeudi les estimations de l’OMS, qui s’avèrent dix fois supérieures au bilan officiel du pays, en jugeant la méthode de calcul erronée. L’Inde a déclaré 481.000 décès dus au Covid-19 pour 2020-21, chiffre estimé à quelque 4,75 millions de décès par l’OMS. L’organisation internationale attribue à l’Inde près d’un tiers des décès liés à la pandémie dans le monde.

« En raison de sa grande superficie, de sa diversité et de sa population de 1,3 milliard d’habitants, qui ont été témoins d’une pandémie à la sévérité variable (…), l’Inde s’est toujours opposée à l’utilisation d’une approche et d’un modèle uniques, qui peuvent s’appliquer à des pays plus petits mais pas à l’Inde », a taclé un communiqué du ministère indien de la Santé et de la Famille.

© AFP

À lire aussi

L’OMS exhorte les pays riches à verser 16 milliards de dollars pour la lutte contre le Covid

La crise du Covid-19 ouvre-t-elle la voie à une mondialisation moins débridée ?

Témoignage : j’ai vécu l’explosion du coronavirus depuis une petite ville du nord-est de la Chine

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Francis

    Pour être honnête, il faut préciser que la mortalité de l’épidémie de covid est directement liée à la malbouffe et au mal-boire, c’est à dire l’excès de sucre donc l’obésité et le diabète.

L'île d'Ischia, exemple du fléau de l'urbanisation illégale qui frappe l'Italie

Lire l'article