Le solaire à même de fournir rapidement l’équivalent d' »un à deux EPR », plaide la filière

epr solaire

Vue aérienne sur une ferme photovoltaïque le 23 novembre 2021 près de Fort-de-France, en Martinique © AFP/Archives LOIC VENANCE

Paris (AFP) – L’énergie solaire pourrait se déployer en France bien plus rapidement qu’aujourd’hui et fournir d’ici 2025 au pays l’équivalent en énergie d’un à deux réacteurs nucléaires, plaide la filière, qui réclame un « plan d’exception » dans un contexte d’urgence énergétique.

La prise de conscience de nos besoins en énergie, sur fond de flambée des prix du gaz et du pétrole, de centrales nucléaires vieillissantes puis de guerre en Ukraine, est l’occasion d’accélérer le développement des ressources renouvelables, souligne Daniel Bour, président d’Enerplan, le syndicat des professionnels du solaire.

« La France détient le record d’Europe de la lenteur », relève-t-il.

De fait, malgré une année 2021 record avec plus de 2 gigawatts (GW) d’installations nouvelles, elle accuse un retard criant dans la réalisation de ses objectifs solaires, fixés par l’État.

Le pays, qui prévoit 20 GW de capacités installées en 2023, n’en est qu’à 13 GW – mélange de résidentiel, de toitures et d’ombrières grandes et moyennes et de centrales au sol (pour 60%).

Le président Emmanuel Macron a proposé en février à Belfort de décupler les projets pour atteindre 100 GW en 2050.

Mais pour Daniel Bour, Belfort « c’était avant l’Ukraine et la prise de conscience de la dépendance au gaz. Le solaire peut faire plus »: 200 GW au moins.

Et pour l’immédiat, il a un plan: réaliser 25 GW supplémentaires d’ici 2025, l’équivalent d’un à deux réacteurs EPR – quand la France ne prévoit pas d’inaugurer de nouveau réacteur avant 2037 (hors EPR de Flamanville en chantier depuis 2012).

Pour le secteur du solaire, l’objectif n’a rien d’extraordinaire: « L’Allemagne, l’Italie… ont déjà fait 10 GW en un an ».

« Car les gouvernements avaient une volonté claire de les pousser », souligne Daniel Bour. « En France, l’enjeu n’était pas le même: le pays était plus décarboné », via le nucléaire. « Sauf qu’aujourd’hui, ça a évolué ».

Usines en Europe

Pour montrer son efficacité, la profession propose de se concentrer d’abord sur les terrains dégradés, avec une simplification de la procédure d’instruction pour ces sites aujourd’hui soumis aux mêmes contraintes administratives que les sites naturels sensibles.

Anciennes carrières, anciennes mines, zones de déchets enfouis, terrains délaissés d’autoroutes, autour d’aéroports ou de voies de chemin de fer… « l’armée en a aussi », souligne-t-il

Enerplan appelle à « des mesures dérogatoires, pour un temps limité », par directive ou par la loi, pour accélérer le processus d’attribution des permis.

« Le solaire est soumis à trois codes – de l’environnement, de l’énergie, de l’urbanisme – qui peuvent se contredire entre eux et il y a de telles couches d’obligations que cela aboutit à des blocages », décrit Daniel Bour.

« Fonçons là où on peut foncer! », dit le responsable, qui veut aussi rassurer: « quand des terrains posent problème, pas question de dérogation. Mais il y a des terrains dégradés ou pollués pour lesquels on en fait trop; pour ceux-là, il y aurait toujours une étude environnementale, mais abrégée », suggère-t-il.

Le solaire « est facilement mobilisable, et c’est un investissement quasi exclusivement privé », plaide-t-il encore. L’État en a longtemps garanti les prix, mais au niveau actuel du marché de l’électricité, il est désormais bénéficiaire net.

Au fur et à mesure que les panneaux photovoltaïques s’étendent, le secteur ne craint-il pas une montée des réticences, comme pour l’éolien?

« On a besoin d’ici 2025 d’environ 13.000 hectares, 120 ha par département, c’est raisonnable », répond Daniel Bour. « Mais oui, il faut faire attention, ne pas concurrencer l’agriculture, discuter avec la population, s’insérer dans le paysage. Et puis, à quelques exceptions près, on ne favorise pas le modèle des très grandes centrales ».

Enfin, le solaire a un autre argument, un autre impératif en fait: l’installation en Europe d’usines de panneaux solaires, insiste-t-il.

Mais le continent n’a-t-il pas déjà perdu la bataille face aux Chinois?

« Pas du tout! » répond Daniel Bour: « La technologie bouge sans cesse, on la trouve partout. Et la crise a surenchéri le coût du transport, s’installer en Europe devient rentable ».

« La Chine a inondé le marché car elle disposait d’un grand marché intérieur. Si ici il y a plus de volume, tout naturellement les industriels viendront ».

© AFP

Macron accélère dans le nucléaire, plus sélectif sur les renouvelables

6 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Serge Rochain

    Ce qu’il y a de certain, c’est que si on arrete de mettre des batons dans les roues des filieres renouvelables, pour faire le lit d’un nucléaire dépassé, avec des procés fleuves sous de multiples prétextes, en 2 ans on rend opérationnel n’importe quel parc éolien, solaire, ou méthaniseur

    • nicolas

    Je prefere une eolienne ou un panneau solaire pres de chez moi, plutot qu une centrale nucleaire ou a charbon ou autres energies fossiles.
    Pas vous ?

    • Jacques Cuvillier

    Il existe actuellement des panneaux solaires équipés d’onduleurs intégrés qui sont très faciles à installer par les particuliers eux-mêmes.

    Cette autoproduction permet des installations certes de puissance modérée, mais qui peuvent se créer en grand nombre.

    Elles permettent dans un premier temps aux particuliers de réduire leur consommation sur le réseau.

    Par contre, si cette production excède la consommation de l’abonné, nous n’avons pas de dispositif simple et automatique pour que cette injection soit comptabilisée. Il faudrait pour cela que le compteur d’énergie « tourne à l’envers ».

    Pourtant, sur chaque compteur Linky, il existe une ligne d’index « injection » qui justement comptabilise cette énergie qui « sort » de l’installation domestique.

    Il suffirait donc que les fournisseurs d’énergie aient l’obligation de prendre en compte cet index pour décompter ce que le particulier injecte sur le réseau et réduise ainsi sa facture.

    • Jean-Pierre Bardinet

    Pourquoi solaire et éolien bénéficient-ils de grasses subventions (aux frais des ménages), pourquoi sont-ils sous perfusion étatique ?
    Pourquoi les promoteurs du solaire ne parlent que de puissance, jamais de facteur de charge ? Peut-être parce qu’il n’est que de 14% ?
    Je rappelle que, selon l’Ademe, voici quels sont sur leurs cycles de vie les bilans carbone du nucléaire, de l’éolien et du solaire.
    Nucléaire : 6 gCO2/kWh
    Eolien : 15 gCO2/kWh (plus les émissions des centrales thermiques nécessaires pour gérer fluctuation et intermittence)
    Solaire : 55 gCO2/kWh
    Si donc l’on suppose que le CO2 anthropique a une action réchauffante (ce qui reste à démontrer) les politiques prônées par le GIEC sont totalement idiotes.

    • Jean-Pierre Bardinet

    La phase critique dans la production d’électricité est l’heure de pointe du soir. En hiver elle est à 19h, quand il fait nuit noire, et donc le solaire n’a aucune utilité pour couvrir cette période critique, même si l’on rajoutait de centaines de GW de solaire. Donc le solaire n’a aucune utilité, sauf pour la consommation exclusivement domestique.

    • Jean-Pierre Bardinet

    Comparer du solaire à des EPR n’a aucun sens. Cela revient à comparer des vaches et des cochons. Un EPR est pilotable, son facteur de charge est supérieur à 80% et il produit même en l’absence de soleil. Le solaire n’est pas pilotable, sa production est fluctuante et intermittente et son facteur de charge est très faible : 14%

Marjan Minnesma, pionnière de l’action climatique devant la justice primée par le prix Goldman 2022 : « les gouvernements ont un devoir de protection des citoyens face à la menace du changement climatique »

Lire l'article