Comment les inégalités entre les hommes et les femmes impactent la Planète

femmes inégalités planete

Femmes autour d'un puits © Yann Arthus-Bertrand

En partenariat avec Futura

Alors que les femmes sont davantage victimes des catastrophes naturelles que les hommes, l’ONU soutient un nouveau programme visant à réduire les inégalités de genre entre les hommes et les femmes. Ce déséquilibre joue un rôle dans la crise climatique et la disparition de la biodiversité.

Le changement climatique et la destruction de la biodiversité touchent davantage les femmes que les hommes, selon l’Organisation Women’s Forum for the Economy and Society. La crise planétaire que nous traversons a en effet un impact beaucoup plus fort sur les personnes du sexe féminin, d’autant plus dans les catégories pauvres et rurales. En lien avec ce constat, les femmes sont également la catégorie de population la moins impliquée dans les décisions sur la sauvegarde des ressources naturelles.

Selon le rapport des Nations unies Gender and Disaster Risk Reduction, les femmes ont 14 fois plus de risques de mourir dans les catastrophes naturelles que les hommes. Lors du tsunami dévastateur de 2004, 70 % des victimes en Inde et Indonésie étaient des femmes. De même, plus près de chez nous, les femmes sont surreprésentées dans les décès de la canicule européenne de 2003, mais aussi dans ceux de l’ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans en 2004.

Plus encore, l’ONU estime que 80 % des réfugiés climatiques sont des femmes. Pourquoi un tel écart ? Dans les pays pauvres, les femmes travaillent davantage dans les cultures et sont donc plus exposées aux risques naturels. Et d’une manière générale, elles sont également moins mobiles, avec un accès réduit aux ressources financières, ainsi qu’aux véhicules et transports dans beaucoup de pays.

Vers un management plus féminin de la nature

Parce qu’elles travaillent davantage dans les champs que les hommes, et qu’elles sont donc quotidiennement au contact de la nature, les femmes ont des connaissances plus développées sur la biodiversité que les hommes, selon une étude de l’ONU menée sur le continent asiatique. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime qu’avec leurs connaissances, si les femmes étaient davantage impliquées dans les décisions et finances agricoles, les rendements agricoles augmenteraient de 20 à 30 % dans ces régions.

Une étude de BloombergNEF a démontré qu’accroître la diversité des genres à des hauts postes décisionnels en matière de climat et de biodiversité menaient à une gouvernance plus efficace et à des actions plus concrètes.  

Pour mener à bien les objectifs de son Agenda 2030 concernant les Objectifs de Développement durable, l’ONU soutient un nouveau programme visant à davantage impliquer les femmes dans la lutte contre le réchauffement climatique et la sauvegarde des ressources naturelles. Les organismes impliqués reconnaissent un réel désir des femmes à s’investir dans la conservation de la nature mais l’attribution des rôles, et la charge de travail domestique, dans les familles ne leur permet pas de s’impliquer et les écarte bien souvent de toute action possible.

Parmi les mesures proposées, les organismes proposent de travailler à un accès égal au contrôle des terres en aidant les femmes à être davantage propriétaires, et propriétaires de terres de qualité similaires à celles des hommes. Mais aussi, il s’agit de permettre aux femmes un accès équitable à l’éducation et à l’information, de prendre en compte les besoins spécifiques de chaque genre dans la sélection des espèces végétales à cultiver, et se diriger vers un management qui implique autant les femmes que les hommes dans les décisions et actions à entreprendre, à tous les niveaux (local, national, international). Sans oublier d’œuvrer en faveur d’une redistribution équitable des bénéfices liés à la biodiversité.

Des actions concrètes sont déjà menées sur les continents africain et asiatique, et plus récemment en Amérique Latine avec la mise en place d’aides à la formation de « managers de la biodiversité » dans la population féminine du Costa Rica.

Comment les inégalités entre les hommes et les femmes impactent la Planète
Un article de Karine Durand, retrouvez d’autres articles sur Futura.

À lire aussi sur GoodPlanet Mag’
Femme, Massaï et ranger, Anastacia Sein Kupayi, Lionne du Kenya en première lige de la lutte contre le braconnage

143 pays reconnaissent l’égalité entre les hommes et les femmes

 

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire

Marjan Minnesma, pionnière de l’action climatique devant la justice primée par le prix Goldman 2022 : « les gouvernements ont un devoir de protection des citoyens face à la menace du changement climatique »

Lire l'article