Somalie : la faim menace un habitant sur quatre en raison de la sécheresse, selon l’ONU

Un enfant somalien déplacé par la sécheresse, dans un camp des faubourgs de Mogadiscio, le 24 mai 2017 © AFP/Archives MOHAMED ABDIWAHAB

Nairobi (AFP) – Environ une personne sur quatre risque de souffrir gravement de la faim en Somalie, en raison de la sécheresse qui touche ce pays ravagé par des décennies de guerre, après trois saisons de faibles précipitations et une quatrième en vue, avertit l’ONU lundi.

Les Nations unies s’attendent à ce que la crise s’aggrave et que 4,6 millions de personnes aient besoin d’aide alimentaire d’ici mai 2022, car le pays n’avait pas connu trois saisons des pluies à faible pluviométrie d’affilée depuis plus de 30 ans.

[Un rapport de l’ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux]

Les pénuries de nourriture, d’eau et de pâturage ont déjà contraint 169.000 personnes à quitter leur domicile, un nombre qui pourrait atteindre 1,4 million d’ici six mois, poursuit l’ONU dans un communiqué.

Ces dernières années, ce sont les catastrophes naturelles – et non le conflit – qui ont été la principale cause de déplacements en Somalie, pays classé parmi les plus vulnérables au changement climatique.

« C’est une catastrophe inouïe qui se prépare », a expliqué à l’AFP Adam Abdelmoula, coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Somalie, estimant que 300.000 enfants de moins de cinq ans étaient exposés à une malnutrition grave dans les mois à venir.

« Ils mourront si nous ne les aidons pas dans un délai rapide », a-t-il ajouté, alors que l’ONU a lancé un appel à contributions de 1,5 milliard de dollars pour financer la réponse à la crise.

[Somalie: le dérèglement climatique entrave les efforts de paix, selon une étude]

Environ 7,7 millions de personnes, soit près de la moitié de la population de Somalie (15,9 millions d’habitants), auront besoin d’aide humanitaire et de protection en 2022, soit une hausse de 30% en un an, selon l’ONU.

Au moins sept Somaliens sur dix vivent sous le seuil de pauvreté et la sécheresse a détruit des sources de revenu déjà précaires — perte de bétail, baisse des récoltes — le tout combiné à une forte inflation.

« Le risque est si grand que sans aide humanitaire immédiate, des enfants, des femmes et des hommes vont commencer à mourir de faim en Somalie », a affirmé la ministre somalienne des Affaires humanitaires et de la Gestion des crises, Khadija Diriye.

Le gouvernement somalien a décrété la sécheresse urgence humanitaire en novembre.

[ONU : 41 milliards de dollars pour l’aide d’urgence à 183 millions de personnes]

Sécheresse et inondations ont également récemment frappé le Kenya et le Soudan du Sud, tuant les troupeaux, détruisant les pâturages et ravageant les récoltes.

La pénurie d’eau et de nourriture font craindre un risque de conflit entre communautés pour les ressources.

[Climat en Afrique : menace pour la survie de millions de personnes, selon l’ONU]

Les experts estiment que la fréquence et l’intensité des phénomènes climatiques extrêmes augmentent, l’attribuant au changement climatique.

© AFP

Ecrire un commentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article