A Berlin, le chauffage au charbon a toujours ses adeptes

Robert Schumann charge son poêle à charbon avec des briques de bois pour chauffer son domicile à Berlin, le 1er décembre 2021 © AFP John MACDOUGALL

Berlin (AFP) – Quelques milliers de particuliers se chauffent encore avec un poêle à charbon à Berlin, une technique d’une autre époque vouée à s’éteindre dans une Allemagne qui vient de se doter d’un gouvernement aux grandes ambitions en matière de climat.

« Il y a peut-être encore 5 à 6.000 logements qui se chauffent encore au charbon. Mais les ramoneurs n’ont pas de chiffre officiel », explique Peter Engelke, co-chef de Hans Engelke Energie.

[Des enfants zimbabwéens victimes de feux de mine de charbon]

Cette entreprise familiale est l’une des dernières de la capitale à livrer encore des briquettes de charbons noir aux particuliers.

Malgré la nocivité du charbon pour l’environnement et la poussière qui s’infiltre partout dans son appartement, y compris dans ses disques vinyles, Alban Nikolai Herbst reste attaché à son four et ses pépites noires, pour des raisons un peu « sentimentales ».

Fraîchement débarqué à Berlin en 1994, quatre ans après la réunification, il redécouvre dans les rues cette odeur qui avait disparu dans les villes l’ouest depuis des décennies tandis que le chauffage au charbon était courant dans l’ex-RDA communiste. « Ça sentait comme dans mon enfance », se souvient cet écrivain.

Et puis cette « chaleur lourde » qui émane de son poêle est adaptée à sa situation professionnelle. « Je suis tout le temps assis à mon bureau, je travaille de 6 heures du matin à parfois 10 heures du soir », assure-t-il.

[Angela Merkel a perdu son pari pour la transition écologique de l’Allemagne]

Robert Schumann, graphiste installé dans son appartement de Prenzlauer Berg, dans l’ancienne partie est de la ville, utilise toujours son poêle en faïence pour chauffer son domicile mais lui a laissé tomber le charbon, pour les briques de bois.

« C’est plus écologique, génère moins de cendres, et c’est une énergie durable car les arbres repoussent », estime-t-il, contrairement aux combustibles fossiles extraits de la terre.

Le nouveau gouvernement allemand formé par les sociaux-démocrates, les Verts et les Libéraux a fait de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité.

Il a annoncé vouloir accélérer la transition énergétique et souhaite désormais sortir du charbon en 2030.

[Aviation : l’Allemagne inaugure sa première usine de kérosène « vert »]

Un défi pour l’entreprise Hans Engelke Energie. Elle a dû déjà se diversifier au fil des années pour survivre et livre désormais surtout du fioul et des granulés de bois.

« Nous vendons aussi de l’électricité et du gaz », explique Peter Engelke, et « nous espérons pouvoir prospérer encore longtemps ».

© AFP

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Bakendard

    Paris ne s’est pas fait en un jour et il faut parfois reculer pour mieux sauter. L’Allemagne qui l’a compris ne met pas tous ses œufs dans le meme panier.
    Voir à ce sujet la page 35 de
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/6cartographie.pdf

    Voir aussi la dernière page de
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/3production.pdf
    qui prouve que l’Allemagne est plutôt bonne et que la France ferait bien de suivre son exemple

    Dans un premier temps la vérité pourrait bien être au milieu pour le poste le plus lourd, celui du chauffage de l’habitat en ville ( c’est mieux que rien).
    Ceci pour laisser au voltaïque et à l’hydrogène le temps de se mettre en place
    Voir entre les pages 28 et 103 de
    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/2consommation.pdf

    • Balendard

    Sans comlentaire

Tony Rinaudo, l’agronome « faiseur de forêts » qui a restauré plus de 5 millions d’hectares de végétation en Afrique grâce à la régénération naturelle assistée : « une des premières choses que nous avons demandée aux gens était de croire dans la valeur des arbres »

Lire l'article