À Kaboul, les bus bibliothèques sont de retour, pour la joie des enfants

kaboul bus blibliotheque

Des enfants afghans dans un bus bibliothèque qui a rouvert pour la première fois depuis l'arrivée au pouvoir des talibans, à Kaboul le 5 décembre 2021 © AFP AHMAD SAHEL ARMAN

Kaboul (AFP) – Devant un orphelinat de Kaboul, les sourires des enfants sont de retour : dimanche, le bus bibliothèque est à nouveau là, pour la première fois depuis que les talibans ont repris le pouvoir mi-août.

« Je me sens vraiment heureux. Je peux à nouveau étudier sur les livres que j’aime », dit Arezo Azizi, une fille de 11 ans, montrant son ouvrage favori : un livre de calcul où plus un chat sait compter, plus il gagne de morceaux de fromage.

Elle est assise dans ce véhicule où les rangées de sièges ont été enlevées et remplacées par des tables, des chaises et des étagères remplies de livres pour enfants et de coloriages.

« La bibliothèque n’était pas venue depuis trois mois », explique-t-elle au milieu du brouhaha créé par les enfants.

Cinq de ces bus circulent ainsi à Kaboul, loués et équipés par une ONG locale, Charmaghz, dirigée par Freshta Karim, une Afghane diplômée de l’université d’Oxford (Royaume-Uni).

Des centaines de petits Afghans ont profité ces dernières années de bibliothèques mobiles qui sillonnent la capitale, rendant visite aux écoles et aux orphelinats parfois très démunis.

Mais après la prise du pouvoir par les talibans à la mi-août, « nous avons perdu presque tous nos parraineurs », rappelle Ahmad Fahim Barakati, le directeur adjoint de l’ONG.

Le ministère de l’Éducation taliban a donné l’autorisation de circuler aux bibliothèques mobiles il y a quelques semaines. Mais il a fallu ensuite obtenir, ces derniers jours, un accord du ministère des Transports, propriétaire de ces véhicules, explique M. Barakati.

La libraire, Ramzia Abdi Khail, 22 ans, portant une tunique et un voile noirs, est toute aussi ravie que les enfants d’être de retour. « C’est un sentiment délicieux. D’autant qu’en ce moment, les écoles n’ont pas toutes rouvert », souligne-t-elle.

L’éducation des filles a particulièrement souffert du retour au pouvoir des talibans, les collèges et les lycées n’ayant notamment toujours pas été autorisés à reprendre leurs activités.

« Nous accueillons aussi des enfants de la rue et j’adore m’occuper d’eux car, d’ordinaire, ils ne vont pas à l’école. Comme ça, je peux leur rendre service », souligne la libraire, qui a avec elle « des livres islamiques », « des livres d’histoire en anglais et en dari » (le persan afghan), « des livres de coloriage », « des jeux ».

L’ONG Charmaghz a juste assez d’argent pour faire circuler les bus pendant un mois environ, souligne M. Barakati. « Nous collectons de l’argent sur internet à travers le monde et j’espère qu’on va avoir assez de sponsors et de donateurs » pour continuer, dit-il.

© AFP

Birmanie : un projet de bibliothèque écolo à l’arrêt suite au coup d’Etat

À Jakarta, une bibliothèque nichée sous une voie rapide fait le plein

Bibliothèques Sans Frontières

Ecrire un commentaire

Consommer responsable, c’est d’abord consommer moins pour les Français

Lire l'article