Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

Quand la Nature reprend ses droits, découvrez le travail photographique de Jonk

jonk nature reprend ses droits

Piscine abandonnée au Danemark © Jonk

Le photographe Jonk propose de superbes images de sites laissés à l’abandon par l’être humain où la Nature a repris ses droits. La sortie de son dernier ouvrage Naturalia II est l’occasion de revenir avec Jonk sur son travail. Images et entretien.

Vos photographies d’endroits réels évoquent les imaginaires du post-apo et de la collapsologie, qu’est ce qui nous fascine dans ces visions de lieux laissés à l’abandon ?

Il y a d’abord ce qui saute aux yeux : la fascination esthétique née de la nature qui revient, de ces murs qui se fissurent, des peintures qui s’écaillent ou du fer qui rouille. Vient ensuite la réflexion avec l’aspect philosophique qui pose des questions sur la place de l’Homme sur Terre et sa relation avec la Nature.

Justement, que voulez transmettre comme message avec vos photographies de lieux abandonnés ?

La nature reste la plus forte, elle sera toujours là quoiqu’il advienne aux êtres humains. L’Homme devait se montrer plus humble.

Cimetière de voitures en Suède © Jonk

Pensez-vous que nous sommes conscients que la Nature peut reprendre aisément ses droits rapidement ?

Je pense que nous en sommes conscients, du moins une partie d’entre nous. Les confinements récents nous ont permis de voir le vivant revenir dans des endroits qu’il désertait en raison des activités humaines, comme des canards sur le périphérique. Le but de mes photos est d’aider les gens à prendre conscience et à réfléchir sur le rapport entre l’humain et l’écologie.

Parmi les sites que vous avez arpentés, lequel vous a le plus marqué ?

Je me suis rendu 8 fois à Tchernobyl où depuis 35 ans la nature a reconquis du terrain dans un milieu hostile. La menace de la radioactivité a conduit les habitants à partir du jour au lendemain en laissant sur place leurs vies comme figées. Il y reste plein de reliques et de vestiges de l’URSS.

Parc d’attractions à Taiwan © Jonk

Enfin, y a-t-il un endroit que vous aimeriez photographier ? pourquoi ?

L’île de Hashima au Japon où se trouve une mine de charbon abandonnée depuis les années 1970. La végétation luxuriante semble avoir repris le dessus sur de nombreuses structures en béton. Il existe d’autres iles minières dans l’archipel nippon, j’en ai d’ailleurs visité certaines, mais celle-ci attise aujourd’hui ma curiosité.

[hyperlien prix goldman 2021 la japonaise qui lutte contre le charbon]

Manoir à Taiwan © Jonk

Propos recueillis par Julien Leprovost

Découvrez le travail de Jonk sur Instagram et sur son site Internet

Naturalia II de Jonk, Jonk Éditions

Naturalia II de Jonk

Les collapsologues Pablo Servigne et Raphaël Stevens : « c’est un sevrage très dur qui nous attend car tout le monde est drogué aux énergies fossiles »

Vers une artificialisation de notre monde : quand la masse des objets fabriqués par l’espèce humaine dépasse la biomasse vivante

Le photographe Laurent Baheux : « la photo, c’est avant tout des ombres et de la lumière »

Yann Arthus-Bertrand : « le jour où l’un des gorilles de Dian Fossey a soigné mon lumbago »

La course aux métaux rares, bête noire de la transition verte ? Interview de Guillaume Pitron

Le « rewilding », futur de la protection de la biodiversité ?

Alain Damasio : « aujourd’hui, on est dans l’orgie numérique »

Ecrire un commentaire

Solastalgie et thermomètre mouillé : quand le réchauffement climatique change le langage

Lire l'article