Au Yémen, des femmes apportent l’énergie solaire dans leurs villages

yemen femmes solaires

Photo prise le 9 mars 2021 montrant un groupe de femmes dirigé par Imane Hadi à la Station des amies de l'environnement dans la région d'Abs, dans le nord-ouest du Yémen, qui apporte de l'électricité plusieurs villages grâce à de l'énergie solaire © AFP -

Abs (Yémen) (AFP) – Elles ont défié scepticisme et moqueries pour parvenir à leurs fins. Dix pionnières yéménites ont apporté l’électricité à leurs villages, illuminant des maisons et des vies grâce à un micro-réseau alimenté par l’énergie solaire qu’elles espèrent étendre dans leur pays ravagé par la guerre civile.

Dans ce pays conservateur en proie à la famine et à la pauvreté, dévasté par un conflit qui a détruit depuis 2014 la plupart des infrastructures, Imane Hadi et ses collègues vêtues de niqabs noirs ont réussi ce qui semblait pour beaucoup inimaginable.

Elle gère depuis 2019, avec une équipe entièrement féminine, la Station des amies de l’environnement dans la région d’Abs, au nord-ouest de la capitale Sanaa, sous contrôle des rebelles Houthis comme la majeure partie du nord du Yémen.

Cette centrale solaire est la seule source d’électricité pour des dizaines de maisons de plusieurs villages.

Chaque jour, ces femmes nettoient les panneaux solaires bleu marine, resserrent les vis qui les maintiennent en place, vérifient les batteries et calculent la consommation sur des compteurs accrochés aux murs.

La station, l’une des trois du genre dans le pays mais la seule dirigée par une équipe exclusivement féminine, a commencé avec vingt maisons. Aujourd’hui, elle en alimente jusqu’à 43.

« Nous avons pu rendre de nombreuses personnes heureuses en connectant leurs maisons à l’électricité », se réjouit la Mme Hadi, 36 ans, assise derrière un bureau de fortune.

L’idée, explique-t-elle, a vu le jour lorsque ces femmes ont commencé à réfléchir à ce qu’elles pouvaient faire pour atténuer l’impact de la guerre sur le pays le plus pauvre de la péninsule arabique.

Selon l’ONU, le Yémen subit le pire désastre humanitaire actuellement au monde en raison du conflit qui oppose les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, aux forces gouvernementales, appuyées par l’Arabie saoudite.

Des dizaines de milliers de personnes ont péri depuis le début de la guerre, également marquée par la destruction d’infrastructures essentielles comme des hôpitaux ou des centrales électriques. Avant le conflit, seulement deux-tiers des habitants avaient accès au réseau électrique public.

D’importantes pénuries de carburant obligent de nombreux Yéménites à travailler à la bougie.

Zones reculées

Dans ce marasme, l’énergie solaire émergente apporte une lueur d’espoir. Des panneaux ont commencé à fleurir sur les toits de maisons en ville ou à la campagne.

La station d’Imane Hadi a bénéficié du financement et de formations de l’Union européenne et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), qui s’efforce de faire passer ce système de trois à 100 sites dans le pays. L’Union européenne a également participé.

« Au Yémen, où les gens n’ont pas les moyens d’acheter de la nourriture, d’accéder aux soins ou de satisfaire d’autres besoins fondamentaux, la possibilité d’utiliser l’énergie solaire renforce les communautés dans les zones reculées », explique Auke Lootsma, représentant du PNUD au Yémen.

« Du matin au soir, les ventilateurs, les machines à laver, les réfrigérateurs et les machines à coudre fonctionnent dans notre maison », se réjouit Faïqa Najar, une cliente des Amies de l’environnement.

Grâce au succès de son projet, Imane Hadi puise dans les 2.000 dollars de bénéfices mensuels pour accorder des microcrédits, permettant à des villageois d’ouvrir de petites entreprises comme des épiceries et des boulangeries.

Mais son parcours n’a pas été facile en raison des combats qui déstabilisent régulièrement la région mais aussi du conservatisme dominant les communautés rurales du pays.

« Nous avons été confrontées à de nombreuses difficultés, notamment les moqueries et le rejet de nos familles puis de la société qui estimaient que ce genre de projets était réservé aux hommes », raconte-t-elle.

« Mais nous avons affronté ces difficultés avec ténacité. Aujourd’hui, leurs moqueries se sont transformées en reconnaissance et en respect pour les femmes », souligne celle qui a été classée par la BBC parmi les 100 femmes les plus inspirantes et influentes du monde en 2020.

Son projet a remporté les Ashden Awards for Humanitarian Energy, qui récompensent les initiatives vertes dans les communautés défavorisées. Et il a fait d’elle une icône du commerce local, des hommes lui demandant même des conseils et de petits prêts.

Son ambition à long terme est d’étendre les services solaires aux plus de 3.000 foyers de sa région. Son message aux femmes du Yémen: « Levez-vous et sortez réaliser vos ambitions ».

© AFP

Une station de dessalement de l’eau de mer pour fournir de l’eau potable au Yémen

À Madagascar, des femmes formées pour devenir ingénieures en énergie solaire

Ecrire un commentaire

Nucléaire : attention au changement climatique pour les nouveaux réacteurs, prévient RTE

Lire l'article