3 planètes pour fournir les ressources nécessaires au maintien des modes de vie actuels en 2050

feedlot Etats-Unis

Feedlot à proximité de Bakersfield, Californie, États Unis. ©Yann Arthus-Bertrand

L’ONU appelle clairement à une croissance durable et une meilleure gestion des ressources tout en lançant cet avertissement : « Si la population mondiale atteint 9,6 milliards de personnes d’ici 2050, l’équivalent de près de trois planètes pourrait être nécessaire pour fournir les ressources nécessaires pour maintenir les modes de vie actuels ». La croissance économique entraîne une amélioration des conditions de vie, mais s’accompagne d’une intensification de l’exploitation des ressources naturelles de la planète. Si celles-ci sont prélevées trop intensément, elles s’épuisent plus vite qu’elles ne se régénèrent. C’est cette dégradation de la biocapacité que mesure l’empreinte écologique. Cet indicateur renseigne sur le nombre de planètes requises pour assurer le niveau de vie d’un individu, d’une communauté ou d’un pays. Depuis près de 2 siècles, la croissance économique dépend des énergies fossiles et de l’exploitation intensive des écosystèmes, deux facteurs qu’il convient de revoir pour assurer une croissance soutenable.

Extrait du livre INSPIRATION[s] sur les Objectifs de Développement Durable et le bio-mimétisme rédigé par la Fondation GoodPlanet l’Institut des Futurs Souhaitables avec le soutien de BNP Paribas Asset Management

Lisez le livre ci-dessous en intégralité.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Méryl Pinque

    Il est fort logique d’avoir choisi un élevage en guise d’illustration à cet article.
    Ce serait encore plus logique si l’article contenait un appel au véganisme… Mais que nenni.

    Devenez végans.
    Pour les animaux, la planète et votre propre survie.

    • Guy J.J.P. Lafond

    Merci!
    À force de le répéter à tous vents, les gens finiront bien par comprendre que la solution se trouve en chacun de nous. Faisons moins d’enfants et prenons-en plus soin. Émettons moins de GES.
    À nos vélos, à nos espadrilles de course, à nos vêtements de plein air, tous!
    À l’assaut des grandes villes, là où la pollution fait le plus de dommages.
    @;-)
    t: @GuyLafond

    • Michel CERF

    J’aimerai bien avoir votre optimisme Mr.Lafond mais nous sommes en 2021 et la plupart des humains n’ont toujours rien compris .

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article