Jour du Dépassement, tous les articles sur le sujet. Si tout le monde vivait comme vous, combien de planètes faudrait-il ?

289 milliards de dollars investis dans les énergies renouvelables en 2018

barrage hydraulique Suisse

Barrage de la Grande-Dixence et lac des Dix, commune de Hérémence, canton du Valais, Suisse. Plus des deux tiers de l’électricité renouvelable proviennent de l’hydraulique. L’hydroélectricité produit plus de 16 % du total de l’électricité mondiale. ©Yann Arthus-Bertrand

Élément clef dans la lutte contre le changement climatique, la transition énergétique implique de progressivement substituer les énergies fossiles, responsables des émissions de gaz à effet de serre, par les énergies renouvelables. En 2018, les investissements dans les énergies solaire, éolienne, la biomasse et le petit hydraulique ont atteint 288,9 milliards de dollars. La baisse des coûts d’installation rend les énergies renouvelables de plus en plus compétitives. De fait, les investissements dans ce domaine excèdent désormais ceux dans le charbon et le pétrole (95 milliards de dollars ont été dépensés en 2018 pour développer de nouvelles centrales électriques à partir de ces 2 énergies). Le solaire et l’éolien ont capté la grande majorité des fonds. Leur répartition géographique reflète des inégalités et des ambitions diverses. La Chine, l’Europe et les États-Unis représentent 70 % du total des investissements dans les énergies propres, tandis que l’Inde et l’Afrique 10 %.

Extrait du livre INSPIRATION[s] sur les Objectifs de Développement Durable et le bio-mimétisme rédigé par la Fondation GoodPlanet l’Institut des Futurs Souhaitables avec le soutien de BNP Paribas Asset Management

Lisez le livre ci-dessous en intégralité.

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • michel CERF

    Ces énergies ne sont propres qu’en apparence , ou est le respect de la nature , de la faune , des rivières , bétonnées par ces grands barrages …

    • Jean Grossmann

    Vous êtes au moins 3 à défendre l’idée selon laquelle l’électricité fournie par les barrages hydroélectriques sur les rivières n’est pas de l’électricité verte : vous, YAB, WWF et je vous rejoins sur ce point

    À la fois Lutin nautique et lutin thermique je rajouterais en complément l’idée selon laquelle la dépendance actuelle de la rivière à l’énergie n’est pas la bonne

    • Rozé

    Je suis surpris des commentaires anti ENR. Certes les grands barrages perturbent fortement le déroulé de la rivière. Mais il est tout à fait possible et moins impactant d’installer de nombreuses turbines ou moulins à eau le long des rivières, ce qui, au passage, produit une électricité et ou une énergie mécanique locales. Bien entendu les autres ENR, soleil, vent sont à récupérer à chaque fois que possible. Reste que l’essentiel est de viser à la sobriété énergétique de façon à se passer de ces monstres diaboliques que sont les centrales nucléaires !

    • luc

    Après avoir dépensé plus de 1000 milliards de dollars principalement dans le photovoltaïque et éolien, l’Europe a presque autant de centrales thermiques et presque autant de centrales nucléaires.

    C’est ce que montrent les chiffres d’Eurostat.

    https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/images/7/75/Maximum_electrical_capacity%2C_EU-27%2C_2000-2018_%28MW%29.png

    Et comme ces centrales thermiques sont utilisées de façon intermittente, leurs rendements sont moins élevés que si elles étaient utilisées à pleine puissance.

    Ainsi, démarrer une centrale, modifier sa puissance augmentent les émissions de CO2 par kWh.

    Donc même si elles produisent moins de kWh, elles émettent plus de CO2 par kWh que si elles étaient utilisées à pleine puissance et à puissance constante.

    Au final, c’est qui gagné d’un coté est perdu de l’autre.