Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

végétarien France

Les produits végétariens et vegan vendus par la grande distribution sont principalement composés d'eau plutôt que de protéines végétales, alerte lundi l'association de consommateurs CLCV. © BELGA/AFP/Archives LAURIE DIEFFEMBACQ

Paris (AFP) – Les produits végétariens et vegan vendus par la grande distribution sont principalement composés d’eau plutôt que de protéines végétales, alerte lundi l’association de consommateurs CLCV, qui plaide pour la création d’un label officiel reconnu par l’État.

« Plus de la moitié des produits sont principalement composés… d’eau! Les ingrédients d’origine végétale ne représentent en moyenne que 39% de la recette », selon les résultats de l’étude menée par la CLCV. Les galettes végétales sont les meilleurs élèves avec 53%.

Le reste de la recette est composé de matières grasses, de sels, d’épices et d’additifs.

Parmi les 95 produits végétariens et vegan étudiés, « huit produits sur 10 contiennent au moins un additif », précise le document.

L’association de défense des consommateurs pointe aussi le manque de transparence sur l’origine des ingrédients, avec seulement 19% des produits qui en précisent la provenance réelle sur leur emballage, « surtout quand une mention telle que +fabriqué en France+ ou un drapeau français apparaissent sur l’emballage ».

En outre, consommer ces produits « ultra-transformés » végétaux « n’est pas à la portée de tous les budgets », est-il souligné dans l’étude. Le prix du kilo de steak végétal s’élève à 13 euros, contre 10,5 euros pour son homologue animal.

Par ailleurs, acheter plus cher « ne garantira pas un meilleur Nutri-Score, plus d’ingrédients d’origine végétale et moins d’additifs », met en garde la CLCV.

Seulement 20% des produits étudiés indiquaient leur profil nutritionnel, bien qu’ils soient dans l’ensemble « plutôt bons d’un point de vue nutritionnel ». Et 83%, une part calculée par l’association, atteignent la note A ou B.

Elle appelle industriels et distributeurs à afficher le Nutri-Score pour permettre « une comparaison rapide des qualités nutritionnelles des produits » et à « la création d’un label officiel reconnu par l’État pour apporter une information fiable et claire au consommateur ».

©AFP

Daniel Tomé, présent dimanche 23 septembre à la fondation GoodPlanet pour un Vrai/Faux sur le régime végétarien : « il faut que les gens réapprennent à utiliser les protéines végétales »

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Méryl Pinque

    On ne s’alimente pas seulement aux rayons des supermarchés !
    Les végétariens et les végans ont une alimentation beaucoup plus diversifiée que les omnivores et savent où trouver leurs protéines : légumineuses, houmous, tofu, céréales, seitan, etc.

    A écouter : https://www.youtube.com/watch?v=D4qkHviV1Hs

    • Michel CERF

    Effectivement , mieux vaut faire ses achats dans les magasins bio ou cultiver son jardin , si vous voulez en plus un maximum de nutriments , de vitamines manger des graines germées , c’est la santé !

    • Nathy78

    A base de cadavres ou de plantes, les produits ultra transformés sont nocifs pour la santé. Quant aux prix, il serait bon que les auteurs de cette étude incluent dans le prix les subventions payées par nos impôts aux agro industriels de l’élevage et la pêche. Si le consommateur payait le tarif plein, le végétal serait moins cher.
    Ensuite, je rejoins les autres témoignages : tous les VG et vegan ne se nourrissent pas de produits transformés au quotidien. Dans l’ensemble, étant plus connectés à ce qu’ils mangent, ils sont aussi plus attentifs à la qualité des ingrédients absorbés, quitte à manger simplement mais sainement.

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article