Transport de bétail : des lacunes dans les contrôles reconnaît la Commission européenne

transport bovins

Du bétail australien attend sur un navire d'être débarqué à Jakarta en Indonésie (juin 2011) © AFP PHOTO / ADEK BERRY

Les contrôles effectués dans les bateaux de transport de bétail à destination des pays hors Union européenne font preuve d’importantes lacunes, selon un rapport de la Commission européenne. Ce document rendu public en mai par la Commission porte sur le bien-être des animaux exportés par voie maritime. Elle pointe du doigt les insuffisances les systèmes d’agrément des navires, qui leur autorisent le transport d’animaux, et les systèmes d’inspection mis en place dans les pays de l’Union, à l’exception de ceux instaurés en Irlande et au Portugal.

La Commission relève par ailleurs une absence d’information sur le bien-être des animaux durant leur traversée. Ainsi, la réglementation européenne est censée s’appliquer, comme le souligne Le Monde (article réservé aux abonnés). Le quotidien écrit : « durant les trajets en mer, […] les animaux sont exposés à de nombreux risques thermiques […], à des blessures dans des enclos inadaptés, et au manque de soins, car la législation n’impose pas de présence de vétérinaire à bord. »

Mais une fois à bord et en mer, l’état des animaux n’est plus contrôlé. Ainsi, certains transports ne respectent pas la réglementation. Malgré l’interdiction de jeter à la mer la dépouille des animaux morts durant le voyage, des carcasses de bêtes s’échouent parfois sur les plages. Elles ont vraisemblablement été jetées par-dessus bord.

Face à ces conclusions dénoncées depuis des années par des associations, la Commission demande à l’Agence européenne pour la sécurité maritime d’encourager les États membres à prendre des mesures. Celles-ci devraient permettre d’améliorer la transparence des résultats des inspections et l’application des normes.

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Le plus intelligent n’est pas de renforcer les contrôles mais d’interdire le transport de ces pauvres animaux .

    • Méryl Pinque

    Le coeur et la raison nous commandent de renoncer aux produits d’origine animale dont nous n’avons même pas besoin pour vivre.

    Quelle folle et coupable espèce que la nôtre qui persiste à exploiter, torturer et massacrer plus des dizaines de milliards d’animaux PAR AN simplement parce qu’elle aime le goût de leur chair et de leurs sécrétions corporelles.

    Une seule solution : le véganisme.

    • Christine Mayor

    Il n’y a JAMAIS de viande heureuse!!

    • Matter

    Alexia

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article