Sécheresse : 53 départements anticipés à risque cet été

secheresse france departements

Une flaque d'eau dans le lit de la Loire, à Montjean-sur-Loire dans le Maine-et-Loire, le 20 septembre 2019 © AFP JEAN-FRANCOIS MONIER

Paris (AFP) – Plus de la moitié des départements français sont exposés à des degrés divers à un risque de sécheresse estivale, selon une prévision rendue publique jeudi par le ministère de la transition écologique et solidaire, qui veut ainsi améliorer l’anticipation à ce phénomène.

Le ministère a présenté à l’occasion d’une réunion du Comité national de l’eau une carte, basée sur différentes données (Météo France, surveillance des nappes phréatiques par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières -BRGM-, débits fluviaux, barrages gérés par EDF, etc) qui classe 53 départements, principalement dans la moitié est et le centre du pays, en risque de sécheresse entre mai et septembre.

Risque « très probable » pour 11 départements (grand massif-central, Haute-Saône et Haut-Rhin), « probable » pour 24 autres et « possible » pour 18.

Cette démarche a pour objectif d’anticiper « les départements où on risque de ne pas avoir assez d’eau pour tous les usages afin de (leur) permettre de mieux se préparer et de renforcer la coordination, notamment en réfléchissant à un niveau interdépartemental », a indiqué à l’AFP Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la Transition écologique.

Le ministère escompte une remontée plus rapide des problèmes, permettant de « mieux coordonner tous les acteurs et prendre plus vite les décisions pour que le partage de l’eau se fasse dans les meilleurs conditions possibles » en cas de pénuries, avec priorité donnée à l’alimentation en eau potable, a-t-elle souligné.

La France a connu « des épisodes de sécheresse réguliers » ces dernières années, rappelle Mme Wargon, dont un « exceptionnel » à l’été 2019, avec 88 départements en alerte ou soumis à des restrictions.

Et même si les nappes phréatiques ont bénéficié d’une recharge hivernale « nettement supérieure à la moyenne », selon le BRGM qui les surveille, Météo France prévoit pour les trois mois à venir « un temps plus sec que la normale » sur le nord-ouest de l’Europe, dont une bonne partie de la France, avec « un trimestre plus chaud que la normale » sur l’ensemble du continent.

Les départements antillais de Martinique et Guadeloupe connaissent également une tension hydrique, avec déjà des coupures d’eau en Guadeloupe, au moment où le lavage des mains s’impose comme un geste barrière essentiel face à l’épidémie de coronavirus, selon la secrétaire d’État.

Concernant cette crise sanitaire, le Comité national de l’eau (qui regroupe pouvoirs publics et représentants des collectivités, monde économique et agricole, associations…) a dressé « un bilan très satisfaisant » du fonctionnement du secteur, a-t-elle indiqué.

La distribution d’eau potable comme l’assainissement ont fonctionné normalement « hormis quelques difficultés gérées au cas par cas » et la surveillance s’est déroulée sans problèmes, comme sur le circuit des eaux non potables parisien dont l’usage pour nettoyer les rues a été interrompu après la découverte de traces du virus, ou le renforcement des « normes restrictives » sur l’usage agricole des boues résiduelles de l’assainissement car « on sait qu’il y a des traces de virus dans les eaux usées ».

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Patrice DESCLAUD

    Là aussi, les risques sont exposés (de manière ici très imprécise), mais quand discute-t-on sérieusement des solutions : couverts végétaux, récupération d’eau de pluie, pas de réserve « collinaire », limiter les interconnexions … un usage mieux ciblé et économe pour l’agriculture …

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article