L’urbanisation mondiale s’opère au détriment des terres agricoles

urbanisation terres agricoles monde

Zone pavillonnaire à Chiang Mai, Province de Chiang Mai, Thaïlande © Yann Arthus-Bertrand

Plus de 60 % de l’expansion urbaine de ces 50 dernières années dans le monde s’est effectuée sur des terrains agricoles. Des scientifiques de l’université A&M du Texas ont mesuré l’étalement urbain dans le monde entre 1970 et 2010, rapporte le site Science Daily. Il en ressort que l’urbanisation résulte de l’extension spatiale des petites et moyennes villes en Chine, en Inde, en Amérique du Nord et en Europe. Ce phénomène se caractérise par l’étalement urbain qui accompagne dans le même temps l’augmentation de la population et la réduction de la densité d’habitants des villes. Les agglomérations prennent plus de surface au sol pour moins d’habitants par kilomètre carré.

« Si la densité de la population urbaine était restée inchangée depuis les années 1970, environ 124 000 lm² (soit l’équivalent d’un cinquième de la superficie de la Franc métropolitaine NDLR) auraient pu éviter la transformation en zones urbaine et ainsi rester des terres agricoles ou naturelles », explique Burak Güneralp, professeur au sein du département de géographie de l’université Texas A&M et co-auteur de l’étude. La croissance des villes s’opère au détriment des terres fertiles situées à proximité, surtout pour les villes de moins de 2 millions d’habitants. « Des faibles densités urbaines de population, que ce soit aux États-Unis ou ailleurs dans le monde, signifient un usage inefficace des ressources », affirme Burak Güneralp. L’étalement urbain se traduit par une augmentation de la demande de transport individuel, une augmentation du nombre de routes, l’artificialisation croissante des sols ou encore des habitations moins efficaces énergétiquement. La population urbaine augmente dans le monde, ainsi depuis 2008, la moitié de la population humaine vit en ville, une proportion qui devrait atteindre les deux tiers en 2050, selon l’ONU.

En France, une surface équivalente à celle d’un département tous les 10 ans est artificialisée en raison de l’étalement urbain, de la construction de routes, de parkings et d’infrastructures.

odplanet.info/2009/09/07/l-impact-des-villes-sur-leur-milieu/

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Et de la faune sauvage .

    • Barbaroux

    Ca fait des annees que la FNSFER le dit, l’écrit mais on n’avance qu’a petits pas tant les lobbies sont puissants. Le Quebec a mis en place depuis 1978 une Structure independante de protection des terres agricoles(CPTAQ) dont les resultats sont exemplaires.

    • Méryl Pinque

    Conclusion : cessons de nous reproduire comme des irresponsables.
    Se reproduire n’est pas un droit : aujourd’hui, c’est un crime.

    • Francis

    Il est scandaleux que Disneyland-Paris ait été construit à Marne la Vallée sur les meilleures terres de France. Aujourd’hui, à quoi servent les parcs d’attractions ?

Des peuples autochtones d’Amérique latine redécouvrent leurs savoir-faire traditionnels pour être résilients et autonomes face au Covid-19

Lire l'article