Forte progression de l’énergie éolienne dans le monde

gaz a effet de serre

Parc éolien offshore de Middelgrunden, au large de Copenhague, Danemark (55°41’ N – 12°40’ E) © Yann Arthus-Bertrand

La capacité mondiale en énergie éolienne a augmenté de 19 % en 2019, selon le dernier rapport du Conseil Mondial de l’Energie Eolienne.

La capacité de production électrique éolienne a augmenté de 60,4 gigawatts, soit une progression de 19 %, par rapport à 2018. Il s’agit d’une des augmentations les plus fortes enregistrées par l’industrie éolienne mondiale. Cette croissance s’explique principalement par le développement de parcs éoliens en mer couplés avec un boom des projets terrestres aux États-Unis et en Chine. Permettant ainsi à ces deux pays de maintenir leurs positions de plus grands marchés mondiaux pour le développement de l’énergie éolienne terrestre. Ensemble, les États-Unis et la Chine représentent près de deux tiers de la croissance mondiale du secteur de l’éolien.

Pour l’année à venir, le Conseil Mondial de l’Énergie Éolienne tablait sur une croissance de 20 % de la capacité éolienne mondiale. Mais, c’était sans compter le ralentissement économique provoqué par la pandémie de coronavirus. En effet, la propagation du virus pourrait freine drastiquement la construction de projets énergétiques à cause de ses répercussions sur la production industrielle d’éoliennes. Toutefois, le Conseil espère que le secteur bénéficiera des plans de relance une fois la cris surmontée.

Pour Fatih Birol, patron de l’Agence Internationale de l’Energie « nous disposons d’une importante fenêtre d’opportunité. Les grandes économies du monde entier préparent leurs plans de relance. Un plan de relance bien conçu offre des avantages économiques et facilite la rotation du capital énergétique, ce qui présente d’énormes avantages pour la transition vers les énergies propres ».

En France, d’après les données du MTES, la puissance du parc éolien s’élève à 16,6 GW en décembre 2019. Cela représente une augmentation d’environ 9 % par rapport à 2018 et permet de couvrir 7,2 % de la consommation électrique française.

Pour Francoise Jouet-Hercend, directrice de la communication au Syndicat des Energies Renouvelables, « la part croissante de l’énergie éolienne dans la consommation électrique en France montre que cette filière mature est une composante essentielle du mix électrique renouvelable ».

Depuis peu, la France a également largement investi dans l’éolien en mer. Une éolienne installée au large des côtes peut se révéler jusqu’à trois fois plus puissante qu’une éolienne terrestre. Actuellement sept parcs éoliens sont en développement au large des côtes françaises. Ces parcs éoliens en mer sont critiqués par des associations au motif qu’ils nuisent au paysage et à la faune marine.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    Cette photo ne me fait pas rêver ….

    • Hervé GOUBE

    L’argument esthétique, dernière carte des ennemis des éoliennes, ne tient pas ! L’immense sculpteur Constantin Brancusi aurait tant aimé les Éoliennes, leur finesse, leur clarté, leur élancement dans le ciel. Le Pont de Millau a cette même élégance, cette pureté de ligne.

    • Michel CERF

    Sauf que le pont de Millau est à sa place et ne tue pas des milliers d’oiseaux ni la biodiversité , un peu d’éoliennes c’est bien , trop est nuisible pour la nature , quant à leur beauté , leur élégance je préfère de loin celle des oiseaux et de la faune marine .

La part de marché des véhicules électriques a doublé en un an en Europe

Lire l'article