Le GIEC pour suivre l’évolution du climat

Taylor Valley - Commonwealth Glacier and Mc Murdo Sound - Victoria Land - Antarctica (South Pole) (77°34’ S - 164°11’ E)

Taylor Valley - Commonwealth Glacier and Mc Murdo Sound - Victoria Land - Antarctica (South Pole) (77°34’ S - 164°11’ E)

Le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) a été créé en 1988 pour étudier le réchauffement climatique et fournir une expertise reconnue internationalement sur le sujet. Des milliers de scientifiques travaillent sur ses rapports qui servent de base scientifique aux négociations sur le climat. Pour ses travaux, l’organisation a reçu le prix Nobel de la Paix en 2007 : elle a aussi contribué à faire reconnaître le caractère anthropique du réchauffement. À partir des connaissances scientifiques, le GIEC a élaboré différents scénarios de changements climatiques pour les décennies à venir qui vont de +2 à +6°C à l’horizon 2100. Ils varient en fonction de différents paramètres : certains sont scientifiques et techniques mais les plus importants sont d’ordre économique et social. Car la plus grande incertitude est celle-là : saurons-nous prendre la mesure des problèmes et y réagir à temps ?

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean-Pierre Bardinet

    Dans ses statuts, rédigés par l’UNEP (United Nations Environment Program), il est demandé au GIEC de travailler sur le « Réchauffement Climatique Anthropique » (RCA) : « Évaluer sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ». Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement ET il est anthropique.

    Donc, mécaniquement, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifier cette solution, et ils n’ont pas hésité à utiliser de la science fausse, comme, par exemple, le modèle d’effet de serre d’Arrhénius, qui avait été réfuté par les physiciens de son époque (expérience de Wood), et que le GIEC a fort opportunément sorti de son chapeau, ou encore d’inventer un nouveau processus physique, le forçage radiatif avec rétroaction, qui a la propriété étonnante de violer la seconde loi de la thermodynamique, sans que cela ne pose problème au GIEC….

    Une fois que le rapport scientifique est rédigé (compilation de nombre de publications judicieusement sélectionnées en écartant celles qui sont dérangeantes), le résumé pour les décideurs (SPM) est préparé entre les dirigeants du GIEC et les représentants des gouvernements. Il est négocié mot par mot, à la virgule près, selon les bonnes habitudes du Grand Machin Onusien. De ce fait, le SPM gomme toutes les nuances, toutes les interrogations, tous les aveux de méconnaissance que l’on peut trouver dans le rapport scientifique. Il n’a donc aucune valeur scientifique. Puis, il est publié et présenté en grande pompe aux Etats, aux institutions internationales, et aux médias du monde entier pour qu’ils relayent la bonne Parole « GIECquienne » aux peuples de toute la planète.

    Après ce faste clinquant et fort onéreux, les scientifiques sont priés de mettre le rapport scientifique en conformité avec le SPM, qui a force de Loi Divine, et leur rapport ainsi remis dans la Ligne du Parti est publié plusieurs mois après le SPM. Jamais la science n’avait été ainsi dévoyée (sauf avec le lyssenkisme, cousin proche du dogme du RCA) et jamais son éthique la plus élémentaire n’avait été ainsi foulée aux pieds.

    • Anthropique ou non, force est de constater que le dérèglement climatique et ses terribles conséquences est là.

      Force est de constater aussi qu’à l’échelle de deux ou trois générations et au dire de l’OCDE l’épuisement de nos ressources non-renouvelables sera également bien là

      Vu que c’est également deux ou trois générations qui seront nécessaires pour remplacer nos chaines énergétiques d’un autre âge part de nouvelles technologies plus performantes cela implique que pour satisfaire nos besoins en énergie à cette échéance il nous faut commencer à agir dès à présent

    • Michel CERF

    JPB , l’imposteur , doit se sentir bien seul avec ses mensonges …

Yohann Diniz, recordman du monde de marche athlétique, explique comment il adapte sa préparation physique au changement climatique

Lire l'article