Pesticides: décision officielle « d’ici fin décembre » sur la distance d’épandage

Epandage d'herbicide

Epandage d'herbicide "Roundup 720" à Saint Germain-Sur- Sarthe le 16 septembre 2019 © AFP/Archives JEAN-FRANCOIS MONIER

La secrétaire d’Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a affirmé dimanche que la décision du gouvernement sur la distance d’épandage des pesticides par rapport aux habitations serait annoncée « d’ici la fin décembre ».

« En ce qui concerne l’arrêté sur les pesticides, nous rendrons une décision d’ici la fin du mois de décembre, sur la base de ce que nous avons mis en consultation. Et donc c’est trop tôt pour vous dire la décision que le gouvernement a prise », a indiqué Mme Wargon sur franceinfo.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume avait évoqué mi-novembre une annonce « début décembre ».

« Quand nous avons mis en consultation, nous avons dit entre trois, cinq et dix mètres et donc on sera probablement dans cet ordre de grandeur-là pour les zones dites de non-traitement » entre les habitations et les cultures, a rappelé Mme Wargon.

Le gouvernement envisage une distance de « 10 mètres pour les cultures hautes et 5 mètres pour les cultures basses » avec un arrêté qui « prévoira des cas en fonction de la concertation locale », selon M. Guillaume.

« S’il faut faire 20 mètres à certains endroits, on fera 20 mètres à certains endroits » et « s’il y a une concertation qui arrive à 100 mètres, ce sera 100 mètres, avait-il déclaré.

La consultation publique sur les distances minimales entre habitations et zones d’épandage de pesticides, lancée début septembre, avait duré un mois, recueillant plus de 50.000 avis.

Le projet est dénoncé par les écologistes qui jugent les mesures de protection trop faibles et par des dizaines de maires de communes rurales ou urbaines qui ont pris des arrêtés anti-pesticides contestés en justice par l’Etat.

© AFP

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Francis

    Cette affaire de distance d’épandage est absurde pour les pulvérisations au sol. Je les faisais tard au soir ou très tôt le matin pour obtenir les meilleures conditions météo: absence de vent et hygrométrie parfaites. Il n’y a ainsi aucune dérive vers les voisins. C’est une question d’organisation du travail.

    • Michel CERF

    Ce qui est absurde c’est de continuer à utiliser ces produits toxiques qui finissent dans nos assiettes .

      • Annie ETIENNE

      Entièrement d’accord et du même, avis que Michel Cerf ; nous ne voulons plus de ces saletés de produits merdiques dans nos assiettes , autour et dans de notre environnement … et dans notre vie tout court en général … un point c’est tout !!!!

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article