Le monde reste encore très loin de l’objectif de 2 degrés de réchauffement

2 degrés de réchauffement

Des enfants jouent devant une centrale thermique de Moscou © Mladen ANTONOV / AFP)

Les politiques menées en Arabie Saoudite, au Canada, en Chine, en Russie conduisent le monde vers un réchauffement à 5 degrés Celsius. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dans la revue Nature Communications qui regarde les ambitions des pays en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et leurs conséquences sur la hausse des températures. Il en ressort que la plupart des objectifs nationaux des principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre ne répondent pas à l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement des températures à 1,5°C pour 2100.

La Chine et les grands pays producteurs d’énergies fossiles(pétrole, charbon et gaz)  ont le plus d’impact sur le climat. Le Guardian écrit : « les États-Unis et l’Australie sont juste derrière en mettant le climat sur une trajectoire de hausse des températures de plus de 4 °C. L’Union européenne, qui est souvent vue comme un des leaders sur la question climatique, est sur une trajectoire de 3° C, soit le double des engagements de l’Accord de Paris ». La France se dirige ainsi vers les  + 2,6 °C de hausse des températures.  Cette étude sort alors que les négociations sur le climat vont reprendre alors que le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) vient de rendre un rapport sur la différence entre un monde a + 1,5 °C et + 2 °C [À lire notre interview avec le climatologue Jean Juzel sur le sujet]. Pour y parvenir, il faut réduire des 2020 les émissions mondiales de gaz à effet de serre pour les diviser par 2 d’ici à 2030.

« Nos évaluations traduisent le manque d’ambitions mondiales o nationales. Si nous regardons l’objectif que nous essayons d’atteindre pour éviter de dégrader la planète, alors je suis pessimiste car les processus sont déjà en cours. Pourtant, cela devrait nous motiver à relever les ambitions pour limiter aussi vite que possible le changement climatique. Toutes les fractions de degré de plus ou de moins auront un grand impact », affirme Yann Robiou du Pont of Melbourne University qui a co-écrit cette étude qui s’accompagne d’un site Internet pour consulter les données pays par pays.

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Hernan

    Avec grande tristesse je ne peux qu’être d’accord avec les scientifiques. Ce ne sont pas ni 1,5 ni 2°C mais 4 – 5. Et là…. là….. nos pauvres enfants payeront les pots cassés de l’inconscience de notre civilisation hyper-active…

    Grave. Très grave.

    • catala

    Think Global, Act local: la transition se fera aussi par le comportement individuel: isolons nos logements, recourons plus aux énergie renouvelables, circulons en mode de mobilité douce, recyclons ( compost..) . Les villes peuvent aussi investir beaucoup plus dans la transition : Isolation des bâtiments
    publiques, production d’énergie locales ( ex:cogénération avec du biométhane issus de déchets végétaux ou animaux…) ,potagers communautaires pour fournitures de commerces locaux., transports en communs locaux, pistes cyclables et trottoirs permettant de circuler rapidement…

    • bernard lecreux

    Le bon sens, ne doit’il pas être inculqué par les responsables politiques de tous bords et avec le même objectif: Maîtriser le réchauffement climatique. C’est pas trop leur demander.

    • Claude Renaud

    Quand on voit le comportement des français, pour quelques centimes de taxe supplémentaires sur les carburants, ça laisse perplexe. L’Homme est égoïste par nature et ne voit que ses petits désagréments
    du moment. Il ne réfléchit même pas à l’avenir de ses propres enfants. Et pourtant, c’est eux qui vont
    devoir payer la facture climatique.
    Il y a des solutions, mais uniquement sur le papier. Quand il faut passer à l’action, c’est autre chose.
    Le facteur humain !!!!!

    • JEAN-MARC WIBART

    Ce n’est pas aux politiques à éduquer sur le réchauffement climatique mais aux écologistes sérieux , aux scientifiques. Chacun voit bien que le diesel pue et que les constructeurs français ont été cachés du diesel gate, il y a eu manipulation. Un français peut se comparer avec un Norvégien, un Finlandais, un Allement en ce qu’il accuse les autres et est assisté. Utiliser les aides pour s’équiper en renouvelable relève du bon sens et non de son niveau de vie mais les désastres climartiques ne sont pas assez forts pour convaincre. On montre les efftes du tabac et les Français s’en moquent c’est un signe d’égoïsme national. comme les gilets jaunes incapables de se rendre compte qu’ils participent aux maldes des plus faibles ou des enfants qui respirent les fumées d’échappement.

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article