Des îles du Pacifique Sud se lancent dans une alimentation totalement locale

Un groupe d’îles du Pacifique Sud décide d’interdire les importations de nourriture étrangère pour mettre en place un régime bio 100% local. La province de Torba, au Vanuatu, veut favoriser les cultures locales et les fruits de mer pour combattre les problèmes de santé futurs.
Le père Luc Dini, chef de la communauté et du conseil local du tourisme, estime que sa province possède des richesses naturelles et assez d’aliments cultivés localement pour nourrir sa population. Pour lui, l’interdiction des importations de produits étrangers pourrait améliorer la santé des insulaires. « Nous sommes la province la plus isolée de Vanuatu et, jusqu’à présent, notre santé est restée bonne grâce à cela. Nous ne voulons pas de maladies qui viennent avec le régime alimentaire occidental. » Dini veut introduire une législation interdisant l’importation de ces denrées dans les deux prochaines années pour devenir la première province organique du Vanuatu d’ici 20 ans.

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Rozé

    Il n’est pas interdit d’importer ou d’exporter mais il est vrai qu’il est impératif d’être autosuffisant pour les besoins essentiels dont l’alimentation. Ces gens ont bien compris l’enjeu majeur du 21 ème siècle.
    Merci pour cette bonne information. Merci à ces gens responsables.

    • Nos iles difficiles à alimenter par la mer cherchent aussi à acquérir leur indépendance énergétique.
      Voir la page 112 de l’ebook du livre « La chaleur renouvelable et la rivière » accessible à partir du lien suivant:

      http://infoenergie.eu/chargement/A.htm

      Balendard février 2017

    • louis

    Super comme initiative et si jamais des plus jeunes étaient tentés par la malbouffe occidentale, montrez-leur bien tous ses effets néfastes ! De plus,en préservant la nature, vous oeuvrez aussi pour la santé de la planète. Chaque pays devrait chercher des solutions en fonction de ses ressources naturelles et son climat.

    • pelerins

    OUI assurer sa souveraineté alimentaire c’est élémentaire et primordiale.La Mondialisation conduit à la « merdialisation », à la malbouffe et à la destruction des ressources . Et surtout il est temps d’envisager un monde sans viande (ou sinon avec beaucoup moins de viande) idem pour le poisson surpêché; car nos 7 milliards représentent une folie meurtrière pour les autres espèces et espaces sauvages en déclin .

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article