Greenpeace dévoile l’empreinte énergétique des géants d’Internet

Internet

Google a promis de passer à 100% d'énergie renouvelable en 2017 / AFP PHOTO / JOSH EDELSON

Greenpeace a dévoilé mardi 10 janvier son classement annuel « Clicking Clean » qui dresse un état des lieux de la consommation d’énergie de l’économie numérique. L’ONG recense et analyse l’empreinte énergétique de trente grandes entreprises du web.  Elle regarde notamment leurs sources d’approvisionnement en électricité : énergies fossiles ou renouvelables. « Près de 20 entreprises de l’informatique se sont déjà engagées à utiliser 100 % d’énergies renouvelables », rapporte Greenpeace.

Parmi les bons élèves : Apple, Google et Facebook. Ces trois géants investissent pour utiliser des énergies renouvelables. Google s’est engagé à fonctionner au tout renouvelable dans les années à venir, grâce au solaire et surtout à l’éolien.

Du côté des mauvais élèves, Greenpeace pointe du doigt Amazon et notamment sa division web service. Elle estime que « les actions concrètes ne suivent pas en matière d’énergie renouvelable et l’entreprise manque de transparence concernant son approvisionnement énergétique ». C’est la nouveauté de l’édition 2017 de ce rapport : Greenpeace évalue les géants asiatiques d’Internet. Ces derniers  cherchent désormais à se développer au niveau mondial. Ainsi, Tencent, spécialiste chinois des services Internet et mobiles (la messagerie WeChat ou les jeux vidéo sur téléphone)  est épinglé par l’ONG. L’entreprise utilise 67 % d’énergies fossiles pour répondre à ses besoins.

Parmi les entreprises connues des consommateurs, Greenpeace juge que Netflix, site connu pour ses séries,  « doit assumer ses responsabilités, montrer l’exemple et faire en sorte que sa croissance soit alimentée par des énergies renouvelables, et non par des combustibles fossiles. Netflix affiche l’une des plus fortes empreintes écologiques parmi les entreprises évaluées dans le rapport ». Cela s’explique par l’utilisation importante de données pour le streaming. En France, Netflix, qui s’est lancé en septembre 2014, représente, aux heures de pointe, environ 10 % du trafic Internet.

ARTICLE ÉDITE le 12 janvier 2017 a 10h10 pour apporter une précision sur la proportion du trafic généré par Netflix en France, la phrase : »représente environ 10 % de la bande passante consommée par les internautes. » a été remplacée par « En France, Netflix, qui s’est lancé en septembre 2014, représente, aux heures de pointe, environ 10 % du trafic Internet. »

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Vigneron

    Merci à Greenpeace, l’empreinte carbone minimale ou nul devient une obligation pour toute entreprise qui pense à l’avenir de notre bonne vieille TERRE et aux générations futures.

    • Seb

    Après avoir vu Cowspirancy (Ou Green Peace se refuse de commenter sur la cause numéro 1 de polution : l’elevage des bovins), ca me fait mal de dire Bravo mais tout de même: bien joué GreenPeace pour cet article, je me désabonne de NetFlix et n’acheterai plus sur Amazon.

  • […] Par ici pour lire l’article dans son intégralité […]

Dans l’atelier du navigateur Yves Parlier, on fabrique des cerfs-volants pour tracter des bateaux de plaisance, des chalutiers et bientôt des cargos

Lire l'article