Investissements records dans les énergies renouvelables en 2015

éolienne
Parc éolien offshore de Underground, au large de Copenhague, Danemark (55°41’ N - 12°40’ E), © Yann Arthus-Bertrand
Parc éolien offshore de Underground, au large de Copenhague, Danemark (55°41’ N - 12°40’ E), © Yann Arthus-Bertrand

En 2015, 286 milliards de dollars ont été investis dans les énergies renouvelables à l’échelle mondiale, soit 134 gigawatts. C’est le chiffre record dévoilé dans le 10ème Rapport annuel du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, publié jeudi. A l’inverse, il y a eu deux fois moins d’investissements dans le charbon et le gaz, par rapport aux énergies dites « vertes ».

« La poursuite et l’augmentation des investissements dans les énergies renouvelables (…)  sera un élément clé dans la réalisation des objectifs internationaux en matière de changements climatiques et de développement durable », s’est réjoui Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE. Par ailleurs, ces investissements ont été majoritairement réalisés par des pays en développement : la Chine représente à elle-seule 36% des financements mondiaux en 2015. Des énergies dont l’implantation est rendue possible « par des coûts en forte baisse », selon Michael Liebrich, Président du Comité de Conseil de Bloomberg New Energy Finance.

Dominées par l’éolien et le solaire photovoltaïque, les évolutions de ces marchés en pleine expansion sont toutefois à relativiser, d’après Professeur Udo Steffens de l’Université de Francfort. « Il reste encore un long chemin à parcourir. (…) La forte chute des prix du charbon, du pétrole et du gaz rend la production d’électricité conventionnelle plus attrayante », précise-t-il.  En 2015, les investissements européens ont diminué de 21% par rapport à 2014. Les énergies renouvelables représentent actuellement 16,2% du mix énergétique mondial.

7 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Daren lubange

    Un projet à soutenir mais seulement les africains que nous sommes devrions voir la majeur partie du projet se réalisé sur le berceau de l’humanité.

      • D'oh

      Qu’attendez-vous vous ?!
      Reveillez-vous…

  • Quand on voit cette image d’éolienne offshore on se prend à rêver de toute cette énergie contenue dans les courants marins, énergie répétitive à intervalle régulier dont l’intensité peut être prévue longtemps à l’avance contrairement à l’énergie du vent particulièrement aléatoire.

    Quand on voit cette image d’éoliennes offshore on se prend aussi à rêver de toute cette énergie contenue dans les courants marins, énergie répétitive à intervalle régulier dont l’intensité peut être prévue longtemps à l’avance contrairement à l’énergie du vent particulièrement aléatoire.
    Voir http://www.infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/ESR-Hydroliennes-ou-eolienne.pdf

    On se dit aussi qu’il est stupide d’utiliser ces magnifiques machines pour dévaluer à ce point l’électricité qu’elles produisent pour chauffer l’habitat avec des radiateurs électriques à effet joule.

    Des produits fossiles bon marché peuvent être considérés comme une main tendue à l’Europe pour qu’elle rattrape son retard en investissant dans des générations thermiques mixtes électricité-enthalpie prélevant l’énergie thermique renouvelable dans l’eau. Ceci qu’elle soit douce ou salée.
    Bien qu’elle gèle à 0°C, l’eau est un meilleur vecteur que l’air pour prélever l’énergie thermique renouvelable dans notre environnement. Le livre « La chaleur renouvelable et la rivière » explique pourquoi.

    Balendard mars 2016

    • Robert BIGEAT

    Cette poussée des renouvelables au niveau mondial et pas seulement au niveau des Etats développés qui ont lancé ce mode de production d’électricité, d’abord à l’aide de subventions publiques, conforte les analyses et réalisations des promoteurs de ces technologies, qui furent et continuent à être critiqués sans pitié par des nuées de penseurs en chambre, déconnectés des réalités, écrasés de certitudes à 4 sous, et assoiffés de haine viscérale contre les « écolos » en général. Ainsi certains se souviennent-ils de cet homme politique français qui qualifia les écologistes politiques, il y a plus de 20 ans, de « greenpisseux ». Mais au final, ce sont les « greenpisseux qui avaient raison.
    Aujourd’hui force est de constater que les subventions aux renouvelables, tant critiquées, ne sont plus nécessaires, ces technologies peuvent s’en passer, et les pays en développement n’ont, en tout état de cause, pas les moyens d’accorder des subventions, s’ils vont vers les renouvelables avec un tel ensemble, marginalisant au passage le recours aux technologies anciennes de production d’électricité, dont le nucléaire, ce n’est pas pour faire plaisir à Greenpeace, mais bien parce que c’est moins cher, tout simplement.
    Aujourd’hui, en Europe, c’est même l’électronucléaire, honni des écologistes, qui furent d’abord des anti-nucléaires, depuis ses origines historiques, qui périclite et ne se maintient plus péniblement à flots, mais plus pour bien longtemps, que par l’octroi, forcé et contraint, de subventions publiques, ainsi Areva et EDF en France, et, en Allemagne le recours indispensable aux finances publiques pour réaliser aux plans industriels, démantèlements des installations nucléaires désaffectées et surtout, enfouissement de leurs mortels déchets radioactifs.
    C’est une victoire sans appel de l’écologisme sur leurs adversaires englués dans le passé.

      • dany

      « Aujourd’hui force est de constater que les subventions aux renouvelables, tant critiquées, ne sont plus nécessaires, »
      Et les subventions déguisées du nuclaire dont nous tous les français sommes actionnaires à perte.
      Oui, en plus de notre facture EDF nous finançons très largement le déficit d’AREVA, les EPR de « nous » allons construire chez les autres, le coût faramineux du stockage de déchets nucléaires …

      Merci de l’avoir rappelé !

    • Rozé

    286 Milliards investis au monde en 2015; 134 GW installés
    Et la France est à la traîne: 2 Milliards investis en 2014; 10 GW installés en 2015 er seulement 15 GW prévus pour 2018 !
    Tristesse de ce retard à l’allumage …

  • OUI, ne remettons pas en cause ces chiffres de l’ONU et cherchons plutôt à les interpréter : étant donné que nous sommes 7 milliards d’habitant sur cette terre, si 134 gigawatts est la puissance moyenne d’EnR produite mondialement cela met a disposition pour chacun d’entre une puissance a peine égale à 20 watt. Ceci étant donné qu’une année c’est sensiblement 8700 h. Cela correspond à une énergie limitée a quelque 165 kWh alors que selon l’IRENA un habitant des pays de L’OCDE consomme annuellement environ 50 000 kWh. Au travers de ces chiffres on mesure le grand gachis énergétique dans lequel les pays de l’OCDE se sont petit à petit enfoncés et le chemin qui leur reste à parcourir

    Ces chiffres de l’ONU montrent aussi que si l’on a dû investir 286 milliards de dollars pour produire 165 x 7 000 000 000 kWh cela prouve que le prix de revient du kWh électrique renouvelable est dès à présent pratiquement compétitif (0,2 dollar par kWh étant le coût du kWh résultant d’un production sur une seule année).
    On ne peut que se réjouir comme Robert Bigeat de constater que le monde de l’énergie est en train de basculer dans le bon sens.
    On ne peut aussi que s’inquiéter du retard à l’allumage de Rozé.S’en inquiéter d’autant plus qu’il ne s’agit pas seulement de la France mais de l’ensemble des pays de L’OCDE

    Balendard http://www.infoenergie.eu
    Mars 2016

    Envoyé depuis mon appareil mobile Samsung.

L’hydrogène sera vraiment révolutionnaire si il est produit à partir des renouvelables

Lire l'article