Une campagne nationale pour jouer 30 minutes par jour loin des écrans

jouer dehors
Children play 23 August 2003 in the Miribel park, where hundreds of members of the Lyon area Asian community gather every day to socialize. The park has been a meeting point for Vietnamese, Laotian and Cambodian migrants for the past 20 years. Des enfants traversent, le 23 août 2003 le parc de Miribel, où des centaines de membres de la communauté asiatique de la région lyonnaise se retrouvent chaque jour. Le parc est un lieu de rendez-vous pour les immigrés cambodgiens, vietnamiens et laotiens depuis 20 ansAFP PHOTO FRED DUFOUR.
Des enfants traversent, le 23 août 2003 le parc de Miribel à Lyon © FP PHOTO FRED DUFOUR.

Une campagne lancée par environ 400 organisations, dont la National Health Service (NHS, l’équivalent anglais des hôpitaux publics et de l’assurance maladie) pour inciter les enfants à sortir de chez eux et à jouer dans la nature, ou hors de chez eux, vient d’être lancée au Royaume-Uni. La campagne Wild Nerwork (le réseau sauvage)  appelle ainsi les enfants à quitter leurs écrans durant 30 minutes chaque jour pour jouer à l’extérieur.

« La tragique vérité est que les enfants ont perdu tout rapport avec la nature  et que les activités en plein-air datent d’une génération, explique Andy Simpson,  le directeur de la campagne. Le temps passé dehors se réduit drastiquement, les activités physiques déclinent et la capacité à identifier  les espèces communes se perd. »

Jouer dans la nature

Ainsi, ces 400 organisations, dont des écoles ou encore la Société royale de protection des oiseaux, diffusent un documentaire pour expliquer aux parents et aux enfants l’intérêt de jouer dans la nature, rapporte la BBC le 25 octobre. Les services de santé mettent en avant le fait que faire de l’exercice quotidiennement est bon pour la santé, notamment pour faire face au surpoids, et participe au bien-être. Les promoteurs de cette campagne estiment faire du marketing pour la nature, alors qu’une étude récente vient de montrer que seul un enfant sur 5 entre 8 à 12 ans  se sentait lié à la nature.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

  • […] Des organisations britanniques lancent une campagne pour inciter les enfants à jouer dans la nature plutôt que de rester devant des écrans de télévision ou d’ordinateur.  […]

    • Djaballah

    Paradoxe entre le virtuel et le naturel. être accro aux monde virtuel a influé sur les relations humaines. ce sont devenue moins chaleureuses. L’esprit de famille est en voie de disparition. Il faut lutter pour revenir à la nature. L’équilibre psychique ne se fait qu’a lorsque en contemple le ciel et la terre.Même rester bcp ds le virtuel fige l’esprit et brûle les neurones (participe à la naissance d’une génération abrutis) . c’est irréversible. donc il faut élaborer une stratégie pour faire face à ce problème destructeur de santé et d’humanité.

    Bien cordialement

Les milliardaires, irrités par le suivi en ligne de leurs trajets aériens

Lire l'article