Les taxis rouges de Hong-Kong mis en cause dans la pollution de l’air

La flotte des 18 000 taxis rouges de Hong-Kong est responsable d’une part importante de la pollution de l’air de la ville. 40 % de la pollution au NO, selon le gouvernement. Les oxyde d’azotes ou NOx, sont des gaz responsables du nuage blanchâtre de pollution qui englobe la vile. Le Wall Street Journal du 2 août rapporte que « il y a deux principaux problèmes liés aux fumées des taxis, selon les écologistes. D’abord, que 80 % des pots catalytiques des taxis ne marchent plus, alors qu’ils devraient aider à filtrer jusqu’à 90 % de la pollution. Pour résoudre ce problème, les autorités vont investir 19 millions de dollars pour inciter les chauffeurs à en acquérir de nouveaux, surtout qu’ils doivent être remplacés tous les 18 mois. » L’autre est la fiabilité des contrôles techniques jugés trop laxistes par les écologistes et peu contraignants. En réponse, la municipalisé compte augmenter les contrôles anti-pollution et les amendes au quotidien.

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Un fabricant de voitures à hydrogène mise sur la "révolution verte" britannique

Lire l'article