Carnage à la porcherie

1300 porcelets auraient été tués au fusil par un agent du service vétérinaire du Manitoba, selon le témoignage donné à Radio-Canada par un ancien employé de la porcherie où se sont produits les faits. Celui-ci raconte avoir rassemblé les animaux dans un enclos à la demande de l’agent qui aurait ensuite ouvert le feu avec un fusil de calibre 22.

Une enquête est en cours sur les conditions qui ont mené à cet abattage en août dernier. D’après le bureau du vétérinaire en chef, les porcelets ne recevaient plus les soins nécessaires à leur survie et ont dû être abattus pour leur « éviter davantage de douleur et de souffrance ».

Sur Radio-Canada, Doug Chomey, le président de Keystone Agricultural Producers, le principal lobby des agriculteurs du Manitoba, a dit craindre « que des histoires semblables se répètent dans les prochaines semaines en raison des problèmes dans l’industrie du porc. (…) Les éleveurs sont confrontés à la fois au prix du porc très bas et au coût élevé pour les nourrir ». Et de conclure : « Les porcelets sevrés sont désormais essentiellement sans valeur ».

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article