Inquiétude en Thaïlande sur l’avenir des riziculteurs

Premier exportateur mondial de riz, la Thaïlande fait face à un désintérêt de la jeunesse pour les métiers agricoles. Aujourd’hui, moins de 12% des riziculteurs ont moins de 25 ans, alors qu’en 1985 ils étaient 35%. L’âge moyen des agriculteurs est passé de 31 ans à 42 ans. Ce vieillissement des paysans et cette jeunesse qui préfère les métiers urbains inquiètent les experts qui craignent que le pays ne perde son savoir-faire dans la culture du riz. Bien que le riz soit au cœur de la culture thaïe traditionnelle, les agriculteurs sont socialement dévalorisés et font face à l’endettement, rapporte le New York Times le 5 juin. « Cela m’inquiète depuis longtemps. Nous perdons ce qui fait la spécificité de la culture et de l’identité thaïe : les valeurs de gentillesse, d’entraide , de solidarité, de compassion et de reconnaissance », juge Iam Thongdee, professeurs à l’université de Bangkok qui a grandi dans une famille de cultivateurs qui se transmet depuis des générations un manuscrit sur les rites à respecter pour faire pousser le riz. Afin de rendre attractif le métier, le ministère de l’agriculture a mis en place une protection sociale tandis que la Fondation pour le riz thaï organise tous les ans un camp estival pour des volontaires désireux de perpétuer les traditions et les savoir-faire agricoles. Le pays compte 1 millions d’hectares de rizières et l’agriculture se mécanise progressivement.

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article