Pollution et stress : l’environnement d’aujourd’hui influence les comportements de demain

Des chercheurs à l’Université du Texas à Austin et à l’université d’état de Washington ont constaté une augmentation des réactions au stress chez les animaux dont les parents ont été exposés à un environnement modifié chimiquement, révèle ScienceDaily.

Les chercheurs ont exposé des rates en gestation au vinclozoline, un fongicide connu pour perturber les hormones. Par la suite, ils ont testé le comportement de la troisième génération et les ont trouvés plus anxieux, et plus sensibles au stress. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

« Il est clair qu’il y a vraiment une recrudescence de maladies mentales », affirme David Crews de l’université du Texas. Avant d’ajouter « C’est plus qu’un simple changement dans les diagnostics. La question est pourquoi ? Est-ce parce que nous vivons dans un monde plus agité ou bien parce que nous vivons dans un monde plus agité et que nous répondons d’une manière différente du fait d’avoir été exposé à des produits chimiques ? Je pencherais pour la seconde réponse. »

Ecrire un commentaire

Le plaidoyer de la bergère des collines Florence Robert pour un pacte de responsabilité avec le vivant dans le cadre d’un élevage non industriel

Lire l'article