Choisir entre tortillas et agrocarburant au Mexique

Provoquée par une sécheresse, la hausse récente des prix de la tortilla et du maïs de 30% au Mexique a temporairement suspendu l’adoption d’une loi dont l’objectif est de faciliter la production d’éthanol. En effet, dans ce pays, fabriquer de l’éthanol à partir du maïs est actuellement interdit si la production nationale ne parvient pas à atteindre l’autosuffisance en maïs pour les besoins alimentaires. Mais, rapporte le site Tierramerica le 22 janvier, une proposition de loi acceptée en décembre dernier en commission parlementaire prévoit d’assouplir ce système en autorisant les régions en surplus à allouer une partie de leur production de maïs. Dès lors, au Mexique où il constitue un aliment de base pour une grande partie de la population et un élément de la culture, cette proposition a suscité une campagne d’opposition « Sin Maíz No Hay País“ (sans maïs il n’y a plus de pays). « C’est une folie dont le seul propos est d’enrichir les plus grands fermiers. Nous nageons en plein délire, alors que 20% des Mexicains vivent dans une pauvreté extrême et que 45% de notre nourriture est importée, nous voulons produire de l‘éthanol à partir d’un de nos aliments de base. D’autant plus que sans subvention, l’éthanol n’est pas rentable », clame Víctor Suárez, le directeur d’une association agricole. Quant à elles, les autorités affirment que l’autorisation de vendre les surplus agraires bénéficiera aux petits paysans des régions dont la production est excédentaire, de plus, la demande de maïs pour les agrocarburants augmente aux Etats-Unis.

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article