Les pesticides restent dans l’air indien

L’Inde continue de répandre des pesticides jugés dangereux par les pays occidentaux, c’est ce qui ressort d’une étude de l’université de Toronto. Cette dernière s’intéresse aux effets de l’interdiction de pesticides dangereux, comme le DDT ou le chlordane, sur la qualité de l’air. « Alors que les résidus de pesticides interdits diminuent dans l’atmosphère partout dans le monde, leurs niveaux restent exceptionnellement élevés en Inde rapporte cette nouvelle étude » lit-on sur le site SciDev, le 17 septembre. Ainsi, la concentration d’hexachlorocyclohexane, un insecticide interdit car reconnu comme cancérigène, s’élève à 800 nano-grammes à Delhi contre 0,3 nano-grammes à Cape Grim en Australie. Debi Sharma de l’Institut indien de recherche en horticulture ne s’en étonne pas : « tout le monde sait que l’interdiction du DDT dans l’agriculture en Inde ne s’est pas faite pour des raisons de santé publique ».

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article