Des plantes moins comestibles dans un monde plus chaud

Certaines plantes servant d’aliments de base comme le manioc deviendront moins comestibles et moins productives dans un climat au niveau de CO2 accru. C’est ce que prévoit une étude australienne résumée par Reuters. Les chercheurs ont testé le manioc et le sorgho à différentes concentrations de CO2 correspondant aux prévisions des changements climatiques à venir. Ils ont découvert que le niveau de toxine des feuilles comestibles augmente avec le niveau de CO2. Le niveau de protéines, lui, diminue. En outre, le manioc produit 50% moins de tubercules. « Nous avons entre 20 et 30 ans pour développer des variétés, ce qui va être absolument essentiel car environ un milliard de personnes seront alors probablement dépendantes du manioc », avertit Ros Gleadow, de l’université Monash de Melbourne.

Ecrire un commentaire

Produits végétariens : une étude pointe leur faible teneur en protéines végétales

Lire l'article