Les camions d’approvisionnement bloqués aux frontières nigériennes

Depuis janvier 2009, le Niger taxe l’entrée sur son territoire des camions en surpoids, ce qui provoque des difficultés dans l’approvisionnement du pays. Après une pesée, les véhicules en surcharge doivent s’acquitter d’une amende. S’ils ne le font pas, ils ne peuvent pas pénétrer au Niger, rapporte Syfia.info du 30 avril. Le Niger explique cette politique par l’application d’un règlement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) sur l’harmonisation des conditions de transport. Le ministre nigérien de l’Équipement, Lamido Moumouni, met en avant les déprédations causées par la circulation des camions sur le réseau routier du pays : « Nos routes sont construites pour durer jusqu’à 20 ans, mais avec les effets de la surcharge cette durée peut être ramenée à 5 ans. » Mais, en conséquence de cette décision, des camions qui acheminent les marchandises depuis les ports du Togo et du Ghana vers le Niger sont bloqués depuis plusieurs semaines et les transporteurs sont de plus en plus réticents à approvisionner le pays. Le manque d’approvisionnement conduit à une augmentation du prix des denrées comme le riz, la farine, le lait ou encore le pétrole lampant. Pour certains produits, la pénurie menace.

Ecrire un commentaire

Un rapport de l'ONU demande la réaffectation de 470 milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent aux prix des denrées et nous éloignent des objectifs environnementaux et sociaux

Lire l'article