La Corée du Sud loue des terres agricoles à Madagascar

Le conglomérat sud-coréen Daewoo a obtenu 1,3 million d’hectares de terres agricoles à Madagascar pour y faire pousser des palmiers à huile et du maïs. Cet accord a été conclu en juillet 2008 et rendu publique lundi 17 novembre, selon le Financial Times. Cet accord offre à l’entreprise coréenne des concessions de 99 ans en échange de 6 milliards de dollars d’investissements et de créations d’emplois pour les Malgaches. Daewoo prévoit de produire 500 000 tonnes d’huile de palme et 4 millions de tonnes de maïs. Un manager de Daewo, Hong Jong-wan, résume l’enjeu du projet pour son pays, 4e importateur de maïs au monde : « nous voulons planter du maïs ici pour assurer la sécurité alimentaire. Dans le monde actuel, la nourriture est une arme. Nous pouvons vendre nos récoltes aux pays étrangers ou bien les rapatrier en Corée en cas de crise. » Pour les autorités malgaches, il s’agit de développer la filière agroalimentaire. Le pays cultive actuellement 2 millions d’hectares, alors que 35 millions d’hectares de plus seraient exploitables, selon les experts. D’après Le Monde, d’autres firmes et pays cherchent aussi à louer des terres arables en Afrique, notamment en Angola, pour sécuriser leur production alimentaire. De tels accords peuvent être perçus comme du « néocolonialisme », surtout s’ils sont signés dans des pays où les terres agricoles ne sont pas encore pleinement exploitées et où une part importante de la population souffre de la faim.

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Un français à Tana

    néocolonialisme
    Aux dernières nouvelles les terres agricoles qui avaient été négociées par l’Ex président de la République Marc Ravalomanana en contrepartie d’une partie du financement de son avion Force One a été rendu caduc.

    En effet les évènements et le renversement du pouvoir qui a été causé un peu par ces accords ne tenait pas compte de la pauvreté générale des malgaches mais de l’enrichissement de certaines personnes avides de se remplir les poches.

    Investir à Madagascar signifie perdre de l’argent. C’est ce qu’à fait Daewoo et c’est ce que feront toutes les entreprises qui investiront pour diverses raisons.
    Dans le sud, d’immenses étendues de plantations d’arbres ont été simplement brûlées pour y faire paître des troupeaux de zébus.
    Il n’est pas possible de passer du moyen âge à l’ère moderne à coups de millions de dollards.
    Si Air France veut investir de l’argent pour reboiser quelques milliers d’hectares de forêts et de plantations diverses, c’est pour compenser tout simplement les milliers de tonnes de CO2 que la compagnie rejette dans l’athmosphère en trimballant des touristes avides de nature primaire, ou du moins les dix pour cent de ce qui reste de la forêt primaire dans cette île.

    La seule façon d’aider véritablement Madagascar, ce serait de mettre en place une éducation qui ne serait pas centralisée sur le métaphysique désuet des religieux mais sur une sensibilisation accrue du respect de la nature et une gestion intelligente de l’environnement.

Jaunisse de la betterave : Tereos a retardé le démarrage de sa campagne 2020/21

Lire l'article

L’agriculture bio labellisée AB est le modèle le plus rentable et le plus performant, d’après une analyse de France Stratégie

Lire l'article