Qu’est-ce qu’on attend ? le docu sur une ville française en transition

Qu’est-ce qu’on attend ? Film Annonce from M2R Films on Vimeo.

« Qu’est-ce qu’on attend ? » est le premier long-métrage de la réalisatrice Marie-Monique Robin à sortir au cinéma. Ce documentaire suit l’engagement de la municipalité et des citoyens de la ville de Ungersheim en Alsace. Elles et ils agissent chacun à leur niveau afin de faire de leur lieu de vie une ville en transition, c’est-à-dire qui cherche à réduire sa dépendance aux énergies fossiles en relocalisant ses activités. Certains produisent du pain bio sans gluten en cultivant eux-même leurs céréales, d’autres battissent des maisons écologiques avec des matériaux locaux, des techniques traditionnelles et modernes, les enfants se rendent à l’école grâce à un cheval qui tire une remorque. Une partie de la population essaye des alternatives et tente de montrer qu’il est possible de vivre autrement. Le film, qui sort dans les salles le 23 novembre, prend le temps de montrer les actions de chacun au quotidien et de leur donner la parole. Le mouvement des villes en transition a été initié par Ron Hopkins en 2008 à Totnes en Grande-Bretagne.

5 commentaires

Ecrire un commentaire

    • dany

    Il y a des maires qui bougent, les citoyens qui s’investissent pour garder un bien-être évident dans leur ville, … Bravo J-Claude Mensch d’avoir persévéré et démontré que le changement était possible, et il l’a fait avec une grande partie des habitants d’Ungersheim.

    • Rimbert

    Merci à Marie-Monique Robin pour son action et ses démonstrations toujours plus concrètes, véritables outils pour nous tous qui cherchons les moyens les plus rationnels de nous sortir de cette merde dans laquelle notre civilisation se trouve…..et bravo à tous les acteurs de cette transition.

    • JUDITH ALBERTAT

    Cette transition vers l’autonomie retrouvée est indispensable, dans tous les domaines. En effet il n’y a pas que la fatalité: nous avons tous notre part de responsabilité dans ce que nous sommes et ce que nous acceptons. Les Schadocks disaient vrai: s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème! Il nous appartient de transformer urgemment nos vulnérabilité et nos faiblesses en force, et de trouver des solutions aux problèmes actuels: qu’est-ce qu’on attend?

    • Christophe Bourges

    Ces mouvements de transition sont une excellente chose, et il est primordial de communiquer là-dessus pour accélérer les changements (bien trop lents) en cours, mais par contre il faut arrêter avec les régimes sans gluten ! seul 1% de la population française est intolérante au gluten et 0,4% allergique… il est prouvé que, hormis dans ces cas exceptionnels, un régime sans gluten n’a aucun effet bénéfique et peut même entraîner des déficits nutritionnels, puisque par exemple les pâtes et le pain sont d’excellentes sources de fibres et vitamines. Le régime sans gluten est une mode qui n’est basé sur rien de rationnel.
    http://www.cerin.org/actualite-scientifique/la-mode-du-regime-sans-gluten-passee-au-crible-de-lappareil-scientifique.html
    http://www.sciencesetavenir.fr/sante/allergies/les-aliments-sans-gluten-sont-ils-meilleurs-pour-la-sante_12972

    • chabbert

    Les agressions que subissent les rivières sont nombreuses : pollutions chroniques dues au déversement d’eaux insuffisamment épurées, apports de fertilisants et de micropolluants par l’agriculture intensive, et depuis peu , traitement des grumes en forêt…
    Les pouvoirs publics se montrent incapables d’enrayer ce déclin, soit par manque de moyens (insuffisance des réseaux d’assainissement), soit par manque de motivation politique (lutte contre les lobbies agricoles et de l’industrie chimique), soit parce que les techniques mises en œuvre sont insuffisantes (rejet des stations d’épuration directement dans les rivières). (rapport A N P E R -T.O.S)
    Environnement : près de 80% des insectes aurait disparu en Europe « France info »
    Le biotope de la rivière “Ariège” est en si mauvais état qu’il n’existe plus d’éclosions d’éphémères, en conséquence, plus de poissons moucheurs comme « l’ablette »(croustillante en friture) le « chevesne », la « vandoise » appelée « Aubour où Siege » et le « rotangle », toutes ces espèces abondantes il y a seulement quelques années dans la rivière, sont sur le point de disparaitre, au même titre que le « goujon » le « barbeau » et le « gardon », la « sofie » espèce menacée.
    Voir aussi………
    https://www.flickr.com/photos/chabbert_flickr/32057007154/in/dateposted/

Rire de l’effondrement, le pari de Tronchet avec sa BD Les Catastrophobes rions avec la fin du monde

Lire l'article

Raccommoder plutôt que jeter : à Londres, le message de couturiers de rue face à la "fast fashion"

Lire l'article