Qu’est-ce que l’empreinte écologique ?

William Rees explique l’empreinte écologique. Il est l’un des créateurs de cet outil de mesure de l’état de la planète publié chaque année. Il s’agit d’une manière de mesurer l’impact de notre mode de vie sur les écosystèmes en calculant le nombre de planètes requises pour soutenir notre mode de vie. Si tout le monde vivait comme un européen, il faudrait 3 planètes pour répondre à nos besoins et 5 s’il s’agissait d’imiter le mode de vie nord-américain.  Cette vidéo provient du documentaire « Sacrée Croissance ! », réalisé par Marie-Monique Robin et diffusé sur Arte.

 

4 commentaires

Ecrire un commentaire

    • chaumien maurice

    Si seulement chacun en était conscient!
    qu’on se le dise.

  • c’est une question de volonté, et pourtant chacun sait que demain ça risque d’être trop tard, mais on ne fait toujours rien. dommage!

    • Nath

    Vu le film présenté à l’occasion du salon Marjolaine. Excellent documentaire, Marie Monique Robin est toujours aussi engagée, passionnée par son travail, entière et directe, comme j’aime !
    Il ne s’agit plus de discourir à présent, il est urgent d’agir, chacun à son niveau, sinon, dans 50 ans, l’humanité disparaitra en entrainant dans sa chute, toutes les espèces vivant sur terre.
    Aucune solution ne viendra des pouvoirs en place, il nous appartient, à nous, le peuple, d’inventer une autre monde, une société dans laquelle l’argent n’est plus la référence. Le film Sacrée croissance offre plusieurs exemples de que nous pouvons tous décider de mettre en oeuvre dès maintenant, sans perdre une seconde. Il en va de notre survie.

    • Bagard

    Williams Rees a parfaitement raison. Le monde politique doit cesser de penser « croissance économique ».
    Il est impératif de revoir tout notre système de penser et de vivre, sans quoi nous sommes, ou plutôt nos enfants sommes perdus. Il est illusoire de penser que l’on va résoudre la crise écologique sans changer de système économique. Il est nécessaire de vivre plus simplement, plus naturellement et faire travailler les personnes au niveau local. Le bonheur est fait de petits plaisirs au quotidien sans qu’il ait besoin de consommer à outrance. L’Avoir n’apporte pas de bonheur, ce qu’il faut c’est Etre.

Allemagne : à 48 heures du scrutin, Greta Thunberg à Berlin pour mobiliser sur le climat

Lire l'article