Projet ITER : dompter la fusion nucléaire

Le projet ITER est le résultat d’une coopération internationale. Il vise à développer la fusion nucléaire, le phénomène à l’origine des étoiles comme le soleil, afin de produire de l’électricité à grande échelle. Cette technologie permet de produire beaucoup plus d’énergie qu’avec la fission nucléaire, mais ne dégage en revanche pas de déchets toxiques de longue vie. Les premiers résultats d’expérience, c’est-à-dire le premier plasma, sont attendus d’ici 2027. Le Blob, l’extra média, s’est rendu à Saint-Paul-lez-Durance dans les Bouches du Rhône pour en savoir plus sur cet incroyable chantier.

Egalement sur GoodPlanet Mag’ :

Le nucléaire est-il dangereux ?

Un « mini-ITER » pour la recherche de la fusion nucléaire

L’AIEA dit avoir perdu le contact avec les systèmes contrôlant les matériaux nucléaires de Tchernobyl

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    A l’heure du réchauffement climatique le lutin thermique que je suis estime que notre intéret est de satisfaire nos besoins
    énergétiques en évitant les chaînes passant par les hautes température pour produire l’électricité.

    Ceci en s’orientant plutôt vers la chaîne énergétique passant par le vide et le froid plutot que celle passant par le chaud et les hautes températures de la fusion nucléaire associée au projet ITER

    Pour être plus précis en s’orientant plutôt en Europe vers la fabrication d’hydrogène à partir de l’énergie électrique d’origine voltaïque comme l’Allemagne envisageait de le faire avec le Kazakhstan avant le conflit armé entre l’Ukraine et la Russie. Voir à ce sujet

    http://www.infoenergie.eu/riv+ener/energie-sans-riviere/La%20fusion-nucleaire-controlee.htm

Philippe Bihouix :  « la vraie ville "smart", c’est celle qui repose avant tout sur l’intelligence de ses habitants »

Lire l'article