Nauru : le scénario catastrophe de l’épuisement des ressources

Que se passe-t-il lorsque l’on a épuisé ses ressources naturelles ? L’histoire de la petite île de Nauru, si elle n’était pas réelle, pourrait ressembler à un scénario de collapsologie. Cette république insulaire du Pacifique, géographiquement isolée du reste du monde, avait pourtant trouvé le moyen de s’insérer dans les échanges mondiaux grâce à ses gisements de phosphate. Il était exporté pour produire des engrais ou encore des explosifs, au cours du XXème siècle. Ce commerce lucratif a amené richesse et prospérité sur l’île de Nauru, qui possédait alors l’un plus hauts niveaux de vie du monde. Puis, l’état insulaire a été victime de la malédiction des ressources. Cette vidéo de Brut révèle pourtant l’autre versant de ce développement entièrement fondé sur des gisements épuisables, dont l’exploitation a ravagé les sols et rend difficile la reconversion de Nauru.

A lire également : Makatea, l’île polynésienne qui hésite entre phosphate et écotourisme

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Benoît

    Vrai en 2008 (Voir plutôt l’excellent film de Juliano Ribeiro-Salgado: Nauru, une île à la dérive, tourné peu de temps après l’effondrement), mais faux en 2020. Du journalisme sensationnaliste qui date…

    • Balendard

    l’île de Nauru ce n’est pas l’Europe mais cette dernière ferait bien de se méfier d’un scénario comparable concernant les énergies non renouvelables qui pourrait survenir à son encontre dans les deux décennies qui viennent. La situation pour l’Europe serait même plus grave vu que son besoin en pétrole n’est pas satisfait par sa production intérieur mais vient de l’extérieur. Dans ce domaine il faut plus comptez sur soi-même que sur les autres.
    Ceci est la raison pour laquelle je prévois de beaux jours à la « Solar Water Economy » et à ceux qui travailleront pour elle. Voir un extrait de ce que je compte dire à l’IESF
    https://www.dropbox.com/s/lyaqoy6tsc2sl00/causes-urgence-changement.pdf?dl=0

Brigitte Gothière de L214 : « la question animale est jugée importante par 89 % des Français et 47 % d’entre eux déclarent que leur vote peut être influencé en fonction du programme des candidats sur la condition animale »

Lire l'article