L’utilisation du SUV, un désastre environnemental

Aventure, liberté, sécurité… Voici, entre autres, les valeurs vantées par les constructeurs de SUV, acronyme de Sport Utility Vehicles.

Cette image du SUV construite par la publicité semble séduire les consommateurs, puisque 4 voitures vendues sur 10 sont des SUV. Cependant, si ce type de véhicule est plébiscité par les automobilistes, son utilisation est un désastre pour l’environnement. Entre 2010 et 2018, les SUV ont été la deuxième cause de la hausse des émissions de dioxyde de carbone. Interrogé par Brut, Sebastian Castellanos, chercheur à la New Urban Mobility Alliance, pointe le gaspillage énergétique associé à leur utilisation. Ces véhicules lourds et puissants sont très énergivores. Or, ils sont bien souvent uniquement utilisés pour de courts déplacements, entre la maison et le bureau par exemple, avec pour seul passager leur conducteur. Loin d’une utilisation sportive, Sebastian Castellanos plaide pour que les gouvernements se saisissent de la question. Une solution serait que les constructeurs de SUV se tournent vers l’électrique afin de réduire leur empreinte environnementale.

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Michel CERF

    La plupart des SUV sont effectivement utilisés en ville et pour de courtes distances , dans un seul but : épater la galerie … et ça marche !

    • Yves SARRAZIN

    Il faudrait préciser ce qu’est un SUV: Avec un Renault « Captur » CV, je consomme moins (donc je pollue moins!) qu’avec une Clio « Estate » 100CV.

Pollution : les eaux du port d'Ajaccio sous surveillance 24 heures sur 24

Lire l'article