Le nucléaire, « amortisseur de la décroissance » selon Jancovici

Le nucléaire permet d’aider à sortir des énergies fossiles, et ce mieux que les énergies solaire et éolienne. C’est l’avis exprimé par le spécialiste de l’énergie et du climat Jean-Marc Jancovici pour la série d’Arte « Il est temps ». En effet, alors qu’environ 80 % de notre consommation énergétique repose aujourd’hui sur les énergies fossiles, les énergies renouvelables ne permettront pas de diminuer les émissions de gaz à effet de serre assez rapidement pour lutter contre le changement climatique, selon le spécialiste. L’énergie nucléaire est en comparaison plus concentrée, et permettra donc de décarbonner la consommation énergétique plus rapidement et de manière moins brusque qu’avec les énergies renouvelables.

À lire également : Six enseignements des cours de J.M. Jancovici aux Mines

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    J’ai déjà dit ce que je pensais à ce sujet sur Goodplanet

    Les discours extrêmement brillants de JMJ donnaient jusqu’ici envie d’agir mais on ne comprenait pas très bien au travers de ses propos dans quelle direction sur le plan pratique. Après avoir vu cette vidéo on sait maintenant ce qu’il pense à ce sujet. Le lutin thermique que je suis estime quant à lui que tous les systèmes qui passent par le moteur thermique et les hautes températures qu’il s’agisse du nucléaire ou de la combustion des produits fossiles sont à proscrire à moyen terme pour le 1er et à court terme pour le second.
    En me plaçant du côté des 53 % de français qui raisonnent différemment de Jean-Marc Jancovici je ne me sens pas pour autant comme un mouton de Panurge.

    Les énergies fossiles ont jusqu’ici révolutionné nos mode de vie mais nous allons devoir nous faire à l’idée que si la dépendance de notre économie au couple charbon-pétrole est encore presque totale elle n’est que temporaire. Ceci étant donné que quoi qu’en pense JML la raréfaction du pétrole va compliquer l’extraction et majorer les prix.
    Quand au PIB qui n’est que le reflet de la consommation en énergie finale charbon et pétrole inclus le secrétaire général de l’OCDE avait raison de dire qu’IL
    n’est pas un bon indicateur du progrès sur terre.
    Nous ne pourrons pas effectivement en matière climatique faire reposer uniquement nos espoirs sur l’efficacité énergétique mais elle jouera certainement un grand rôle.

    Pour que la formation à l’École des Mines soit conforme à ce que l’on peut attendre d’elle il va probablement falloir rajouter le mot « aquathermie » au dictionnaire.

    Pour ce qui me concerne je me sens moralement responsable de ce que je vais dire aux jeunes étudiants de la région parisienne dans le cadre de l’IESF

    • paul jagla

    je craint le nucléaire mais je craint encore plus la barbarie du manque d’énergie. Je suis contraint d’admettre juste le discours de Jankovici

Climat : pour l'Antarctique et le niveau des mers, chaque degré compte, selon une étude

Lire l'article