La promesse d’Emmanuel Macron de soumettre les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat “sans filtre”, de la poudre aux yeux ?

Suite au lancement de la Convention Citoyenne pour le Climat, expérience de démocratie participative inédite en France, Emmanuel Macron s’est engagé à soumettre ses propositions “sans filtre” aux Français ou aux instances détentrices du pouvoir. Cependant, dès le dévoilement du travail de la Convention en juin 2020, il écarte d’emblée trois mesures. Aujourd’hui, la liste des reculs du gouvernement sur la question ne cesse de grandir, rapporte Brut. Moratoire sur la 5G, écotaxe sur les billets d’avion, malus au poids pour les véhicules, régulation de la publicité pour les produits polluants, plus stricte régulation des pesticides… La promesse du président semble aujourd’hui lointaine, alimentant la désillusion sur les espoirs suscités par la Convention.

A lire aussi : Cyril Dion appelle à sauver la Convention Citoyenne pour le Climat dans une pétition

9 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Jean Grossmann

    Comme je l’ai dit dans Goodplanet Paris ne s’est pas fait en un jour

    ‘un peu de patience

    – concernant l’écotaxe sur les billets d’avion je dirais que taxer enfin le kérosène pour assurer le financement de l’avion à hydrogène de demain est une bonne chose

    – quant au malus pour les poids lourds roulant au gazole on a mis la charrue avant les boeufs vu que la technologie du moteur à hydrogene pour les véhicules roulantsll est déjà à notre portée
    .
    – concernant les produits polluants et les pesticides ce n’est pas leur publicité qu’il faudrait interdire mais leur production et leur vente

    Concernant la 5G j’ai envie de dire qu’il faut se méfier des décisions hâtives parfois génératrices de déception amère

    • Alain Uguen

    L’urgence c’est maintenant pas dans 2 ans

    La politique c’est du rapport de forces basé sur la dynamique autour d’une idée forte qui rassemble largement.
    Pour nous l’idée forte c’est l’écologie et la dynamique l’appel aux citoyens. Comme les promesses n’engagent que ceux qui y croient nous proposons de lancer des listes d’amis des 150 aux élections régionales avec comme programme les 149 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, comme ambition de faire émerger une majorité autour de ces propositions, comme méthode de constitution de listes et de candidatures une primaire ouverte à tous les amis des amish d’où qu’ils viennent et comme méthode de campagne la création sur tous les territoires de coaches Energie chargés de proposer à tous les habitants une aide pour réduire à la fois leur empreinte environnementale et leurs dépenses.

    Rejoignez l’appel des amis des 150
    https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/lesamisdes-4309.html

    • Michel Cerf

    Absolument Mr Grossmann .

    • Guy J.J.P. Lafond

    Bonjour à tous dans l’U.E.
    Bravo pour ces propositions lucides et raisonnables!
    https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/consommer/
    Mise en exergue:
    “En 2019, l’empreinte carbone moyenne d’un Français est de 11,2 tonnes alors qu’elle devrait être de 2 tonnes par an pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris.”
    Ici, je n’ose pas mentionner l’empreinte carbone moyenne d’un Canadien. Je peux par contre me risquer avec la mienne: autour de 3 tonnes par ans fort probablement.
    Mon commentaire:
    Nos empreintes carbone varient selon l’endroit où nous vivons:
    1- En ville ou bien à la campagne;
    2 – Dans un pays chaud ou dans un pays aux latitudes plus froides.
    Les objectifs “se loger” et “se déplacer” auront pour les très grandes villes des effets plus facilement mesurables justement à cause de la grande densité de population. Le combat contre le réchauffement climatique se gagnera d’abord dans ces mégapoles partout sur la planète.
    Consolez-vous. De ce côté-ci de l’océan atlantique (dans les Amériques), le défi est bien plus grand car les réseaux de chemin de fer ne sont pas aussi bien développés qu’en Europe. Et les gens ici, croyez-le ou non, adorent se déplacer en VUS dans les très grandes villes (pourquoi?)
    L’objectif “se nourrir” interpelle grandement les pays sous les latitudes chaudes. Les sécheresses y sont parfois déconcertantes. La culture en serre sera donc une option de plus en plus prisée par ces pays.
    Laisser de plus en plus de forêts en friche partout sur notre si fragile planète deviendra un constat incontournable. Mère Nature connait la recette mieux que quiconque. Elle est la plus forte quand il s’agit de faire pousser des forêts bien denses, n’en déplaise à tous nos ingénieurs et technologues qui font des pieds et des mains pour tenter de nous sortir du pétrin.
    À mon humble avis, il est plus facile de légiférer pour moins de voitures thermiques sous les tropiques.
    Il faut aussi plus d’efforts de protection des forêts et de reboisement sous les tropiques. Assis à l’ombre d’un arbre avec un noix de coco à la main, le contemporain ne pense pas à migrer vers le nord. Il est trop bien.
    À nos vélos quand c’est possible!
    Mise en garde: au Canada, je subis de nombreux traitements dégradants depuis de nombreuses années car ma vision du développement durable en dérangent plusieurs. Ils qui aiment le confort de leur VUS de 2 tonnes. @;-)

    • Olaf de Hemmer

    #MaintenantOuJamais, nous demande Cyril dion
    https://www.facebook.com/cyril.dion2/videos/10157816230988602/

    • laurent

    Je « fête » mes 74 ans aujourd’hui et je crois que j’aurai du mal à voir des politiques respecter leurs promesses ! Veillons au moins à ne pas perdre les petits + acquis ! Merci à ceux qui se bougent pour ça parmi nos élus ou dans la rue malgré les risques !!! ML

    • Jean Grossmann

    Quant à moi, Laurent j’ai déjà fêté mes 84 ans et je souhaiterais avant de passer ad patres que soit implanté dans l’immeuble où j’habite en région parisienne un chauffage urbain qui soit à la hauteur des enjeux climatiques.

    Les choses évoluent tout de même un peu trop lentement à mon goût. Ceci vu qu’il y a maintenant 36 ans un collègue du conseil syndical maintenant décédé a émi lui aussi un tel souhait.

    https://www.dropbox.com/s/xqmb3e4sv66219l/Loarn.pdf?dl=0

    • Guy J.J.P. Lafond

    À Laurent, Jean et tous nos contemporains devenus sages avec le temps:
    Nous sommes derrière vous.
    En ce qui me concerne, ma résidence est à Ottawa est de type « solaire passive » et est chauffée au gaz naturel.
    En 2016 par contre, un juge à Ottawa m’a curieusement ordonné d’aller vivre à Montréal.
    Et sans le salaire depuis avril 2018, je vis avec ma mère de 93 ans. Je prends soin d’elle en ces temps de pandémie (COVID-19) et entendant de retourner à Ottawa. En ce moment, ma maison est inoccupée.
    Ensemble et dans sa maison à Montréal, on se fait des crêpes à la farine de sarrasin (nous continuons de suivre les conseils de la Dr Catherine Kousmine).
    Ma mère vit dans une maison centenaire avec chauffage central « bi-énergie » (Mazout et électricité). Le chauffage au mazout s’active seulement dans les températures très froides (-12 Celsius et +). Sous des latitudes septentrionales, nous faisons les efforts demandés pour réduire notre empreinte carbone.
    En ce qui me concerne, nos cousins Français sont toujours les bienvenus au Canada. Nous aimons leur rigueur, leur esprit scientifique et leur détermination pour agir dans l’intérêt aussi de l’environnement et de la biodiversité.
    Avec vous, nous (ma mère, ma fille et moi), nous continuons la bataille contre la pollution excessive et la dilapidation irréfléchie sur cette si fragile planète bleue..
    À nos vélos, citadins de partout!
    À suivre,
    t: @FamilleLafond
    t: @GuyLafond

    • Guy J.J.P. Lafond

    À Laurent, Jean et tous nos contemporains devenus sages avec le temps:
    Nous sommes derrière vous.
    En ce qui me concerne, ma résidence est à Ottawa, est de type « solaire passive » et est chauffée au gaz naturel.
    En 2016 par contre, un juge à Ottawa m’a curieusement ordonné d’aller vivre à Montréal.
    Et sans le salaire depuis avril 2018, je vis avec ma mère de 93 ans. Je prends soin d’elle en ces temps de pandémie (COVID-19) et en entendant de retourner vivre à Ottawa. En ce moment, ma maison est inoccupée.
    Ensemble et dans sa maison à Montréal, ma mère et moi, nous nous faisons des crêpes à la farine de sarrasin (nous continuons de suivre les conseils de la Dr Catherine Kousmine).
    Ma mère vit dans une maison centenaire avec chauffage central « bi-énergie » (Mazout et électricité). Le chauffage au mazout s’active seulement dans les températures très froides (-12 Celsius et +). Sous des latitudes septentrionales, nous faisons les efforts demandés pour réduire notre empreinte carbone.
    En ce qui me concerne, nos cousins Français sont toujours les bienvenus au Canada. Nous aimons leur rigueur, leur esprit scientifique et leur détermination pour agir dans l’intérêt aussi de l’environnement et de la biodiversité.
    Avec vous, nous (ma mère, ma fille et moi), nous continuons la bataille contre la pollution excessive et contre la dilapidation irréfléchie de nos ressources naturelles sur cette si fragile planète bleue..
    À nos vélos, citadins de partout!
    À suivre,
    t: @FamilleLafond
    t: @GuyLafond

Antarctique : un important glacier pourrait atteindre un point de non-retour et provoquer une montée des eaux de 3 m !

Lire l'article