Greenpeace alerte sur les NBT, « de nouveaux OGM »

Greenpeace dévoile une vidéo sur les NBT (new breeding techniques, en français « nouvelles techniques de sélection »), de nouvelles techniques de modification génétiques, qui permettent d’obtenir de « nouveaux OGM ». L’ONG dénonce notamment les pratique des lobbies qui font pression pour que les NBT ne soient pas reconnus comme des OGM afin d’échapper à la règlementation européenne sur le sujet. Greenpeace insiste sur l’enjeu de taille derrière cette dénomination, car les risques sanitaires et environnementaux de ces NBT demeurent réels.

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Henri DIDELLE

    S’IL SUFFISAIT DE CHANGER DE NOM, CA SE SAURAIT… QUOIQUE !!!

    Il n’empêche quand même qu’en quelques années, les grands groupes peuvent très bien s’accorder pour rayer terme OGM de notre vocabulaire. La technique pourrait créer une confusion de plus, qui laisserait croire que le problème des OGM n’existe plus.
    C’est une technique qui, malheureusement, a déjà fait ses preuves. Une société qui a fait des affaires frauduleuses peut très bien renaître de ses cendres en changeant quelques personnes et surtout le nom de la société…
    Merci à Greenpeace de nous alerter.
    OGM et NBT, CA N’EST PAS LE MÊME MOT, MAIS C’EST LE MÊME MAL !!!

    • gil KRESSMANN

    Les lobbys ne sont pas seulement du côté des pro OGM. Ils sont aussi de l’autre bord. Il est difficile de comprendre que l’on remette en cause une technique alors que ce qui est important, c’est l’évaluation des produits obtenus par cette technique.Le principe de précaution est en fait un principe d’inaction.

    • ANNE-MARIE WISNIEWSKI

    Les lobbies ont assez empoisonné nos vies pour que ces nouveaux OGM soient interdits par l’Europe. Espérons que les élus européens ne cèdent pas à cette pression.

Satay végétarien: un laboratoire expérimente des plats asiatiques sans viande

Lire l'article

Le Marché de Rungis va s'étendre au nord de Paris avec nouvelles plateformes et volet agricole

Lire l'article