Clap de fin de la Convention citoyenne pour le climat : retour sur cette première démocratique

C’est ce dimanche que s’achève la dernière session de la Convention citoyenne pour le climat. Cette convention composée de 150 citoyens tirés au sort s’est réunie depuis octobre 2019 pour proposer des solutions à appliquer pour lutter contre le dérèglement climatique. Pour l’occasion, nous vous proposons de revenir sur son rôle, sa composition et son travail, grâce à cette vidéo proposée par la Convention, en attendant les conclusions de cette expérimentation inédite.

A lire également : La convention citoyenne pour le climat dans la dernière ligne droite

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    Étant donné que nous n’allons pas avoir d’autre choix que de passer maintenant à l’action vu l’urgence qu’il y a à agir, la vidéo Goodplanet apporte une idée intéressante.
    A savoir celle qui évoque la possibilité pour l’exécutif c’est-à-dire les instances gouvernementales les plus hautes d’adopter  » l’application réglementaire directe ». Forme d’action qui n’a jamais encore été adoptée jusqu’à présent par les gouvernants. Ceci dans le cas où la mise en application des textes soumis au parlement demanderait trop de temps.
    Quant au vote il semble évident que cette forme d’actions doit être prise en amont avec l’apport d’association telles que « les 150 » et de questionnaires du genre Arté-TV

    • Claude Courty

    Il serait intéressant de savoir qui ont été les experts auditionnés.

    • Fabrice Thibaut

    Bravo pour l’initiative mais le mal est déjà fait, le carbone présent dans l’atmosphère a un potentiel de 3 à 4 degrés d’élévation de la température et les entreprises ne vont sûrement pas stopper de polluer, de même que les nappes de pétrole seront utilisées jusque la dernière goutte. La concertation se doit donc de trouver un moyen de diminuer l’impact des 3 à 4 degrés en essayant de capter le carbone déjà présent dans l’air (tout en proposant des moyens pour empêcher les 5 ou 6 degrés qui se pressent derrière eux bien sur): le moyen pour y arriver est simple, c’est de planter et de végétaliser là où cela est possible (les terres cultivables ne peuvent par ex. pas être impactées), il faut en moyenne 7 ans pour qu’un arbre commence à prendre de l’ampleur et il est URGENT d’agir. La donnée de ressentiment vous connaissez ?

Australie : les catastrophes seront plus "graves et fréquentes", selon la commission des feux de 2019/2020

Lire l'article