Réduction des émissions de gaz à effet de serre en France en 2023, le pays en bonne voie pour ses objectifs climatiques 2030


La présidente du Haut conseil pour le climat Corinne Le Quéré © Steve FORREST/PANOS-REA/ Caisse des Dépôts

Pour la première fois, le rythme de décarbonation de la France permet de considérer que les objectifs climatiques 2030 sont atteignables. Le dernier rapport annuel du Haut conseil pour le climat (HCC), intitulé « Tenir le cap de la décarbonation, protéger la population », révèle que les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 5,8% en 2023. Cette réduction est deux fois plus importante que la baisse annuelle moyenne de la période 2019-2022. Un tiers de la réduction des émissions de 2023 s’explique par des facteurs conjoncturels, tels que la reprise de la production d’électricité nucléaire après l’arrêt de plusieurs centrales en 2022 et la réduction d’activités industrielles limitant le transport de marchandises. La diminution des émissions non-attribuée aux facteurs conjoncturels peut s’interpréter comme la part maximale attribuable aux politiques publiques.

Les transports et puits de carbone en peine

Le rapport souligne des avancées significatives en matière de politiques publiques mais des efforts supplémentaires doivent être engagés dans plusieurs secteurs, notamment dans les transports et les puits de carbone. Dans le secteur des transports, suite au retard accumulé, le rythme de baisse des émissions devra être trois fois plus rapide pendant la période 2024-2030 qu’il ne l’a été pendant en 2019-2023. Le HCC mentionne d’un côté que l’électrification des véhicules particuliers est en bonne voie mais déplore que de nombreuses entreprises ne respectent pas leurs obligations en termes de verdissement de leur flotte, limitant la diffusion des véhicules électriques sur le marché d’occasion. Concernant les puits de carbone, la fragilisation des écosystèmes forestiers par le changement climatique appelle à un plan national de renouvellement forestier et de stockage de carbone pour faire face au défi climatique, selon le rapport du HCC.

baisse émissions gaz à effet de serre 2023
Emissions de gaz à effet de serre hors puits de carbone, avec budget carbone © Citepa

Les objectifs de 2030 sont accessibles à condition de maintenir les efforts de décarbonation dans la durée, d’accélérer la baisse des émissions des transports et de préserver et régénérer le puits de carbone forestier. Malgré une évolution positive du cadre d’action politique, un retard concernant les dispositions législatives est constaté, ce qui fragilise l’action climatique tout en induisant un risque de recul. Corinne Le Quéré, présidente du HCC, rappelle que « l’adoption de lois, la publication de décrets et l’élaboration de documents de planification sont urgentes afin de donner la visibilité nécessaire à chaque acteur pour agir en cohérence sur la durée ».

Fortes inégalités d’exposition aux impacts du changement climatique

D’importantes inégalités d’exposition face aux impacts du changement climatique sont à relever. Au sein de la population, les enfants, les femmes enceintes, les personnes isolées et précaires sont davantage soumis aux risques climatiques. Sophie Dubuisson-Quellier, membre du HCC, ajoute que la « forte variabilité d’inégalités d’exposition concerne aussi les activités économiques. » La chercheuse précise que certaines professions sont particulièrement exposées aux risques climatiques et que certains secteurs économiques comme le secteur agricole ou le secteur des transports vont être très affectés « par la baisse de la ressource en eau, par les effets des fortes chaleurs, des intempéries, des risques de submersions etc. »

Le HCC met en garde face au risque d’aggravation de ces inégalités si les besoins spécifiques d’adaptation ne sont pas pris en compte. En effet, les efforts d’adaptation restent en décalage par rapport aux vulnérabilités et aux besoins. Le rapport rappelle que l’année 2023 est la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée et que les conséquences du changement climatique s’aggravent (canicules, sécheresses, incendies, pluies extrêmes, submersions). Les impacts du changement climatique s’intensifiant pour l’heure plus vite que les moyens mis en œuvre, il est essentiel de développer la politique nationale d’adaptation pour anticiper et protéger la population.

Sur la base de ces multiples constats, le HCC a rédigé 65 recommandations telles que prioriser le déploiement des énergies renouvelables à court-terme ou encore définir une position ambitieuse et constructive pour l’action climatique européenne post-2030. Comme spécifié dans la loi énergie-climat, le gouvernement doit répondre à ces recommandations dans les 6 mois.

Marion Lamure

Cet article vous a plu ? Il a été rédigé par un de nos rédacteurs, soutenez-nous en faisant un don ou en le relayant.
Vous êtes intéressés par d’autres articles sur l’écologie ? Inscrivez-vous 
gratuitement à notre newsletter hebdomadaire.

A voir aussi :

Rapport du Haut conseil pour le climat 2024 

Rapport du Haut conseil pour le climat 2023 à destination du grand public

A lire aussi sur GoodPlanet Mag’ :

La climatologue Valérie Masson-Delmotte : « il y a des représentants de pays qui essaient de rendre le GIEC obsolète en freinant ses évolutions »

Corinne Le Quéré, présidente du Haut Conseil pour le Climat : la France face à un défi « unique » au monde

3 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    Cela fait plaisir à entendre mais 2030 c’est bien loin dans l’immédiat ce n’est pas reluisant
    https://www.rivieres.info/secu/3.htm

    • Jean-Pierre Bardinet

    La bonne question est: pouquoi. A cause de nos efforte titanesques ? Non. Deux causes essentielles : climat particulièrement doux et désindustrialisation.

    • Jean-Pierre Bardinet

    Quel est l’intérêt de réduire nos émissions de CO2, gaz de la Vie car nécessaire à la photosynthèse ? Même si le CO2 avait une action réchauffante sur les températures, ce qui reste à prouver, aucun. En effet, le stock de CO2 atmosphérique est de 3200 Gt. Le flux annuel des émissions anthropiques est de 34 Gt, dont 16 Gt vont contribuer à augmenter le stock de 1/200 par an, dont 1/2000 pour l’UE et 1/20 000 pour la France. Le Green Deal de la Commission européenne n’aura donc aucun effet significatif sur le stock de CO2. Réduire nos émissions de CO2, ce qui va détruire l’économie de l’Europe et réduire le pouvoir d’achat des ménages, est une idéologie idiote, anti-scientifique, destructrice..

Désastres climatiques : l'attente interminable des pays vulnérables pour le premier dollar du nouveau fonds

Lire l'article