Adaptation au changement climatique: la Cour des comptes demande une stratégie claire face au « mur d’investissements »

cour des comptes adaptation changement climatique

Le président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, lors de la présentation du rapport financier annuel, le 12 mars 2024 à Paris © AFP Dimitar DILKOFF

Paris (AFP) – La Cour des comptes se félicite d’une « prise de conscience » de l’urgence de s’adapter au changement climatique mais demande mardi à l’État de jouer plus clairement son rôle de stratège et de mieux chiffrer les efforts budgétaires nécessaires, face « au mur d’investissements ».

« Le message de la Cour, c’est qu’il faut faire plus pour l’adaptation climatique », « nous ne sommes pas des austères qui voulons tout couper », a déclaré Pierre Moscovici, premier président de l’institution, en présentant mardi à la presse son rapport annuel, sous les dorures de la Grand’Chambre.

Le rapport de 700 pages examine au fil de 16 chapitres les différents versants de l’action publique pour l’adaptation climatique, de l’immobilier aux cultures céréalières, du rôle des banques à l’avenir du réseau électrique… Et qui concerne aussi bien l’État que de grandes entreprises publiques, comme la SNCF et EDF, qui doivent adapter le réseau ferré ou les centrales nucléaires à des températures toujours plus élevées à long terme.

[À lire aussi La France en retard sur ses ambitions climatiques]

« Nous constatons un kaléidoscope de réponses, de plus ou moins grande qualité », relève Pierre Moscovici. Mais elles « ne sont pas articulées, d’où l’impératif de planifier. […] Il faut connaître, informer, chercher, financer et planifier », résume-t-il.

« Dans certains domaines, l’État ne joue pas correctement son rôle de stratège, qui consiste notamment à fixer des objectifs et à définir une trajectoire pour les atteindre », regrettent les magistrats.

[À lire aussi Nouveau rapport du Giec : quels sont les freins à l’adaptation climatique]

« Prise de conscience »

C’est la première fois que cette thématique de l’adaptation fait l’objet d’un rapport spécifique de la Cour, signe de l’importance qu’elle a prise, après avoir longtemps été occultée par les efforts nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

[À lire aussi Quelles évolutions du secteur de l’assurance en France pour faire face aux risques climatiques ?]

Le gouvernement souhaite de fait se montrer plus réaliste en retenant l’hypothèse d’un réchauffement de 4°C en France d’ici la fin du siècle, servant de base pour le troisième Plan national d’adaptation au changement climatique (PNACC), attendu au début de l’été.

La Cour se félicite donc d’une « prise de conscience » de l’urgence de s’adapter au changement climatique, avec ses vagues de chaleur plus nombreuses, sévères et longues, ses inondations qui s’aggravent et la ressource en eau qui diminue.

La problématique est prise en compte depuis longtemps par exemple chez le gestionnaire du réseau de transport d’électricité RTE mais la prise de conscience est en revanche « embryonnaire au ministère des Armées », note-elle.

La Cour appelle notamment les autorités à « corriger » des insuffisances en matière de planification dans ce document, relevant des incohérences par exemple sur l’adaptation de l’immobilier ou du tourisme en montagne, plus en plus confronté à la fonte des neiges.

[À lire aussi La France toujours en retard dans les renouvelables, malgré les progrès du solaire]

L’association Oxfam a salué mardi ce rapport qui arrive « à un moment crucial » et aborde « tous les domaines qui touchent la vie quotidienne des Français ». Les fonds d’aides proposés par la Cour constituent des « pistes intéressantes » mais devraient « être abondés par les responsables de la crise climatique », précise l’ONG, qui regrette par ailleurs que « inégalités sociales (ne soient) que marginalement abordées ».

 Pas de « chiffre magique »

A l’heure des économies budgétaires – 10 milliards d’euros en 2024 puis 20 milliards en 2025 – la Cour réclame aussi un chiffrage clair des mesures d’adaptation, forcément onéreuses.

« Si la trajectoire de réchauffement menant à 4°C en 2100 devait effectivement être retenue, le contenu du PNACC 3 devrait alors être sensiblement différent de celui des deux plans précédents, de même que l’effort budgétaire à consentir. À cet égard, on doit surtout relever, à ce stade, l’absence de chiffrages exhaustifs et cohérents pour l’ensemble des acteurs publics », souligne le rapport.

[À lire aussi Léo Cohen, auteur de 800 jours au ministère de l’impossible : « vous pouvez mettre Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot ou Greta Thunberg à l’Elysée, en réalité, la marge de manœuvre restera limitée pour l’écologie et le climat »]

Mais la Cour ne donne pas par elle-même « le chiffre magique qui résume tout » parce que « pour l’instant les données sont trop éparses », admet Pierre Moscovici.

L’Institut de l’économie pour le climat (I4CE) a estimé à au moins 2,3 milliards par an les quelques mesures d’adaptation « incontournables » et « mûres » à prendre dès maintenant, sachant qu’il y aura ensuite d’autres besoins au coût « potentiellement bien plus important ».

Problème: la situation des finances publiques est par ailleurs « préoccupante » voire « sérieuse », met aussi en garde la Cour, qui y consacre aussi une partie de son rapport.

Mais même dans ce contexte délicat, Pierre Moscovici défend les dépenses en faveur de l’environnement: « Il serait paradoxal d’aller taper dans le secteur sur lequel on a le plus besoin d’investissement; ce n’est pas ce que je recommanderais ».

© AFP

Un commentaire

Ecrire un commentaire

    • Balendard

    L’intelligence artificielle (IA) pourrait bien, pour l’essentiel, consister à satisfaire nos besoins et notre confort thermique différemment. Ceci en laissant de côté la combustion et le nucléaire qui flirtent dangereusement avec les hautes températures pour générer l’électricité nécessaire à notre confort de vie

Fin de l'aventure pour la coopérative ferroviaire citoyenne Railcoop qui voulait relancer le train Bordeaux-Lyon

Lire l'article