« On ne nous écoute pas »: la complainte des scientifiques sur la fonte de l’Antarctique

antarctique alerte scientifique

L'île Livingston dans les îles Shetland du Sud, en Antarctique, le 26 janvier 2024 © AFP JUAN BARRETO

Isla Livingston (Antarctique) (AFP) – Pour la troisième année consécutive, le niveau des glaces de l’Antarctique a atteint un plus bas, mais les conséquences désastreuses de cette situation « ne semblent pas d’importance pour la population mondiale », se lamente le géologue Miguel Angel de Pablo: « Les scientifiques, on ne nous écoute pas ».

« Les équipes qui étudient les glaciers antarctiques constatent une accélération généralisée de la perte de masse des glaciers (…) ce qui provoque un déséquilibre et les glaciers » perdent leur volume « beaucoup plus rapidement », explique à l’AFP le géologue espagnol sur l’île de Livingston, à près de 1.000 kilomètres des côtes du sud du Chili.

Professeur à l’université d’Alcala de Madrid, M. de Pablo étudie depuis 16 ans les caractéristiques des sols gelés de l’Antarctique, affectés par la crise climatique provoquée par l’émission massive de gaz à effet de serre.

« Le problème, c’est qu’il n’est pas facile de se remettre de ces dégradations. Même si aujourd’hui on arrêtait tout, si on changeait notre rythme de vie dans les sociétés occidentales, demain les glaciers ne cesseraient pas de se dégrader, ni les sols gelés d’être perdus, ni les écosystèmes d’être affectés », dit-il, se disant « très inquiet ».

« Nous avons beau multiplier les avertissements pour sensibiliser la société à ce qui se passe, il me semble que nous les scientifiques on ne nous écoute pas, que nous sommes alarmistes, alors que ce n’est pas la réalité, on dit simplement ce qu’on voit », ajoute le chercheur sur ce complexe insulaire de South Shetland de la péninsule antarctique.

Au cours des trois derniers mois de février, pendant l’été austral, l’étendue de glace du continent blanc a été inférieure à deux millions de kilomètres carrés, selon le National Snow and Ice Data Centre aux Etats-Unis. Des données chiffrées sans précédent. « Depuis août 2016, la tendance de l’étendue de la mer de glace en Antarctique a fortement diminué presque tous les mois », souligne l’institut.

« Il y a une accélération générale de la perte de masse des glaciers », affirme M. de Pablo à côté de la base espagnole Juan Carlos I, sur une plage de sable noir entourée de nombreux blocs de glace flottant sur la mer.

« On trouve des icebergs minces qui sont simplement le résultat de la rupture de la glace qui se forme en hiver, ce qui n’est pas inquiétant et est normal. Le problème, c’est quand on trouve de gros icebergs, car cela indique que la banquise est en train de se briser », dit-il.

« Penser aux générations suivantes »

Pour certains scientifiques, la surveillance satellitaire de l’Antarctique n’est pas suffisante pour déterminer avec certitude le lien entre le réchauffement climatique et la fonte des glaces de ce côté du continent, comme c’est le cas dans l’Arctique.

Mais pour M. de Pablo, la principale raison est bien « le réchauffement climatique ». « Il réchauffe une partie de la glace à la surface (…) et également les océans ». Et si l’eau est plus chaude, les glaciers de l’Antarctique « se réchauffent en dessous et fondent beaucoup plus vite ».

Selon une étude de l’Agence spatiale européenne publiée en octobre 2023, quelque 40% des glaces flottantes du continent blanc ont vu leur volume diminuer « de manière significative » au cours des 25 dernières années.

Ce phénomène a des « implications » telles que l’élévation du niveau de la mer, les changements de salinité des océans dus à l’introduction d’eau douce et l’évolution des températures, note M. de Pablo.

« Nous influençons les courants et la façon dont les océans régulent le climat. Donc, même si nous sommes loin de toute partie habitée de la planète, en réalité, ce qui se passe en Antarctique affecte tout » dans le reste du monde, insiste-t-il.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, les experts recommandent notamment de réduire les combustibles fossiles, de favoriser les énergies renouvelables, de mettre un terme à la déforestation, de recycler et de prendre soin de l’eau.

« Nous devons nous demander si les rythmes de vie et la manière dont nous vivons au quotidien en valent vraiment la peine, parce qu’au bout du compte, nous allons perdre la planète, il n’y aura pas de deuxième planète, et nous devons penser à notre avenir, à nos descendants et aux générations suivantes », prévient-il.

© AFP

À lire aussi

L’ONU alerte sur les rapides modifications de la cryosphère

L’essentiel sur le nouveau rapport du Giec consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer le changement climatique

Au Kirghizstan, des minis glaciers artificiels pour sauver les fermiers

2 commentaires

Ecrire un commentaire

    • Guy J.J.P. Lafond

    Merci pour cette autre levée de drapeau.
    À force de répéter le message, on finira bien par provoquer un changement qui sera salutaire aussi pour les générations montantes et pour les générations qui les suivront.
    La commande est grande en effet:
    Nous devons briser la complicité complaisante entre des chefs d’États et des multinationales des énergies fossiles, de la finance et de la déforestation qui ne pensent qu’aux profits astronomiques et à une croissance sans cesse infinie. Idées malsaines pour nos enfants.
    Élisons plus de scientifiques à la tête des États membres de l’ONU. Ils utiliserons mieux les données recueillies dans les secteurs de l’aquifère, de l’agriculture, de la finance, de l’économie et surtout sur la santé de nos éco-systèmes qui assurent la vie sur Terre.
    Nous devrions réquisitionner les quelques 9 000 pétroliers sur Terre et nous en servir comme navire-citerne servant plutôt à recueillir et à transporter de l’eau potable qui se perd à partir des glaciers dans les océans. Cet eau potable qui n’est pas rejetée dans les océans pourrait être délivrée en des endroits où la sécheresse affecte l’agriculture.
    Ce n’est rien d’autre qu’une révolution qui doit se préparer pour éliminer les mauvaises habitudes acquises au cours des quelques 100 dernières années.
    S.v.p., faire circuler cet article de GoodPlanet Info.
    Action
    @Guy J.J.P. Lafond
    Montréal, les Laurentides et bientôt Ottawa de nouveau (au Canada, 4e pays exportateur de pétrole au monde, quel malaise!)
    https://mobile.twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

    • Guy J.J.P. Lafond

    Prise 2:
    Merci pour cette autre levée de drapeau.
    À force de répéter le message, on finira bien par provoquer un changement qui sera salutaire aussi pour les générations montantes et pour les générations qui les suivront.
    La commande est grande en effet:
    Nous devons briser la complicité complaisante entre des chefs d’États et des multinationales des énergies fossiles, de la finance et de la déforestation qui ne pensent qu’aux profits astronomiques et à une croissance sans cesse infinie. Idées malsaines pour nos enfants.
    Élisons plus de scientifiques à la tête des États membres de l’ONU. Ils utiliserons mieux les données recueillies dans les secteurs de l’aquifère, de l’agriculture, de la finance, de l’économie et surtout sur la santé de nos éco-systèmes qui assurent la vie sur Terre.
    Nous devrions réquisitionner les quelques 9 000 pétroliers sur Terre et nous en servir comme navire-citerne servant plutôt à recueillir et à transporter de l’eau potable qui se perd à partir des glaciers dans les océans. Cet eau potable qui ne serait pas rejetée dans les océans pourrait être délivrée en des endroits où la sécheresse affecte l’agriculture.
    Ce n’est rien d’autre qu’une révolution qui doit se préparer pour éliminer les mauvaises habitudes acquises au cours des quelques 100 dernières années.
    S.v.p., faire circuler cet article de GoodPlanet Info.
    Action
    @Guy J.J.P. Lafond
    Montréal, les Laurentides et bientôt Ottawa de nouveau (au Canada, 4e pays exportateur de pétrole au monde, quel malaise!)
    https://mobile.twitter.com/UNBiodiversity/status/1395129126814691329

Fin de l'aventure pour la coopérative ferroviaire citoyenne Railcoop qui voulait relancer le train Bordeaux-Lyon

Lire l'article

Tempête "exceptionnelle" à Dubaï, l'aéroport détourne une partie des vols

Lire l'article