Pékin a connu son plus fort déluge depuis 140 ans

deluge pekin innondations

Cette vue aérienne montre un village inondé après de fortes pluies à Zhuozhou, dans la province du Hebei, dans le nord de la Chine, le 2 août 2023. © AFP Jade Gao

Zhuozhou (Chine) (AFP) – Du jamais vu en 140 ans: la capitale chinoise Pékin, victime d’inondations meurtrières, a vu s’abattre ces derniers jours les précipitations les plus fortes depuis le début des relevés, avec des opérations de secours qui s’accélèrent mercredi.

Des millions de personnes ont été frappées ces dernières semaines dans le monde par des phénomènes météorologiques extrêmes et des vagues de chaleur. Des événements qui, selon des scientifiques, sont exacerbés par le changement climatique.

Des pluies torrentielles, qui ont très sensiblement faibli mercredi, avaient commencé à s’abattre sur la grande région de Pékin samedi. En 40 heures seulement, la ville a vu tomber l’équivalent de tout un mois de juillet.

« La valeur maximale » des précipitations enregistrées durant cet épisode pluvieux dans une station de la capitale était de 744,8 millimètres et il s’agit des « plus importantes chutes de pluie depuis 140 ans », a indiqué le service météorologique municipal.

Les pluies diluviennes ont fait jusqu’à présent au moins 11 morts et 13 disparus à Pékin, dont un pompier, selon la télévision publique CCTV.

La zone la plus touchée mercredi par les inondations semblait être la province du Hebei (nord), voisine de la capitale chinoise.

La situation est particulièrement critique à Zhuozhou, dont de larges pans sont noyés sous les flots.

Des photos aériennes spectaculaires de la ville, prises par l’AFP, montrent des rues commerçantes transformées en rivières aux eaux brunes. D’autres montrent des terres agricoles complètement submergées sur des kilomètres à la ronde.

« Impossible »

Un ouvrier d’une usine d’impression âgé de 34 ans, M. Liu, a déclaré que l’eau avait commencé à se déverser lundi après-midi dans la zone industrielle de Zhuozhou.

« On a d’abord essayé de contenir l’eau. Mais c’était impossible », a-t-il déclaré à l’AFP.

« On n’a pu sortir aucun équipement ou matériel de notre usine pour les mettre à l’abri. On était coincés à l’intérieur jusqu’à midi aujourd’hui et ensuite ont a été secouru ».

Les inondations ont coupé l’approvisionnement en eau et en électricité dans plusieurs quartiers, selon les médias chinois.

L’AFP a vu des sauveteurs utiliser des bateaux pour acheminer des nouilles instantanées, du pain et de l’eau potable aux habitants qui ne pouvaient ou ne voulaient pas quitter leurs domiciles entourés par les eaux.

Dans le Hebei, les intempéries ont fait au moins neuf morts et six disparus, selon CCTV.

Dans le district pékinois de Fangshan, juste avant la frontière avec le Hebei, des journalistes de l’AFP ont vu un parc complètement inondé. Des tonnes de déchets, emportés par les flots, étaient coincés près d’un pont.

« Je n’ai jamais vu une chose pareille en plus de 40 ans », a déclaré une habitante de 71 ans, Mme Li, qui n’a pas souhaité donner son nom complet.

Le typhon Doksuri, rétrogradé en tempête, a balayé la Chine à partir de vendredi après avoir frappé les Philippines voisines. La semaine dernière, les médias d’État avaient estimé qu’environ 130 millions de personnes seraient affectées par ces pluies diluviennes.

Réchauffement climatique

Dans nombre d’endroits, les inondations ont fait s’écrouler des ponts ou encore coupé des voies de communication.

Selon un décompte des médias chinois, environ 127.000 personnes ont déjà été évacuées à Pékin (qui compte 22 millions d’habitants) et 847.400 dans le Hebei.

La capitale a toutefois levé l’alerte rouge aux inondations mercredi, « le débit des principaux cours d’eau étant passé sous le seuil d’alerte », selon l’agence de presse officielle Chine nouvelle.

Ces derniers mois, la Chine a été durement touchée par des vagues de chaleur record ou des pluies meurtrières.

Selon Ma Jun, directeur de l’Institut des affaires publiques et environnementales, une ONG basée à Pékin, si c’est le typhon qui a provoqué les pluies actuelles, l’augmentation de la température des océans due au changement climatique est également à l’origine de ces phénomènes météorologiques.

« La Chine subit des vagues de chaleur extrême sans précédent depuis l’an passé », souligne-t-il.

« Ces vagues de chaleur sont liées au réchauffement climatique. C’est ce que la plupart des climatologues s’accordent à dire. »

Avec la fin des précipitations, l’attention se porte désormais sur les secours.

Des centaines de sauveteurs de la Croix-Rouge chinoise ont été envoyés dans les zones touchées pour déblayer les débris et aider à l’évacuation des habitants, selon Chine nouvelle.

Le président Xi Jinping a appelé mardi à « tout faire » pour secourir les personnes disparues ou prises au piège après les intempéries.

La Chine est en alerte face à l’arrivée d’un nouveau typhon, Khanun, qui s’approche des côtes orientales du pays.

© AFP

Ecrire un commentaire

Les pluies ont bien rechargé les nappes phréatiques en avril, sauf dans les Pyrénées-Orientales selon le BRGM

Lire l'article