Thaïlande: l’air toxique de Chiang Mai fait fuir les touristes

Le temple Doi Suthep à Chiang Mai (nord de la Thaïlande) noyé dans un épais brouillard engendré par les incendies de forêt et le brûlage des chaumes par les agriculteurs

Le temple Doi Suthep à Chiang Mai (nord de la Thaïlande) noyé dans un épais brouillard engendré par les incendies de forêt et le brûlage des chaumes par les agriculteurs. Photo prise le 11 avril 2023 © AFP Lillian SUWANRUMPHA

Chiang Mai (Thaïlande) (AFP) – A Chiang Mai, devenue l’une des villes les plus polluées du monde, les habitants vivent sous un nuage nauséabond qui menace leur santé et le tourisme à la veille du Nouvel An thaïlandais.

Classique en cette saison, la fumée dégagée par les incendies de forêt et le brûlage des chaumes par les agriculteurs atteint cette année des niveaux inédits et asphyxie la grande ville touristique du nord de la Thaïlande.

Mercredi, comme pendant plusieurs jours d’affilée, Chiang Mai était en tête des villes du monde avec l’air le plus pollué en particules fines dans le classement établi par l’application IQAir.

Les photos et vidéos de la brume qui a recouvert la cité historique ont suscité des appels à l’action à l’approche des élections nationales très attendues de mai et l’Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre les conséquences désastreuses à long terme de la pollution de l’air.

Les relevés locaux montraient des niveaux de particules PM2,5 – si minuscules qu’elles peuvent pénétrer dans le système sanguin – plus de 30 fois supérieurs à la recommandation annuelle de l’OMS, selon IQAir.

« Cela m’a donné envie de pleurer », a déclaré à l’AFP Kanchaya Boontan, la patronne d’une petite agence de voyage.

[A lire aussi Thaïlande: des milliers de malades dans un nouvel épisode de pollution atmosphérique ]

« La pollution affecte ma vie de plus en plus »

 

« Cette année est mauvaise, normalement la pollution n’est pas trop longue, mais les étrangers ont vu les informations », dit-elle en ajustant son masque N95, équivalent d’un FFP2.

« La semaine dernière, je n’ai eu qu’un seul client. Cette semaine, personne. »

Boudée par les étrangers, Chiang Mai l’est aussi par les Thaïs, qui ont multiplié les annulations à l’approche du week-end de Songkran, le Nouvel An local, en raison de la pollution, selon l’association hôtelière de Thaïlande.

Devant la célèbre porte de Tha Phae, alors que les touristes effraient les pigeons et posent pour des photos, Aun, un vendeur de jus d’orange de 45 ans, tente de faire marcher les affaires.

« La pollution affecte ma vie de plus en plus chaque jour, qu’il s’agisse de ma santé ou de la baisse du nombre de touristes », explique-t-il.

« Certains jours, on peut à peine voir les routes devant soi, et ce n’est pas du brouillard mais du smog », ajoute-t-il.

Une scientifique verifie la qualité de l'air, sur le toit de l'Institut national de recherche astronomique
Une scientifique verifie la qualité de l’air, sur le toit de l’Institut national de recherche astronomique de Thaïlande, à Chiang Mai (nord de la Thaïlande). Photo prise le 10 avril 2023
© AFP Lillian SUWANRUMPHA

Selon Siwatt Pongpiachan, spécialiste de l’atmosphère à l’Institut national de recherche astronomique de Thaïlande, la pollution est principalement due aux brûlis des agriculteurs dans la région et dans les pays voisins.

Les particules PM2,5, les plus dangereuses, s’accumulent au niveau de la ville, qui se trouve dans une cuvette. D’après l’expert, l’évolution du climat est également en cause.

Selon le ministère de la Santé publique, près de deux millions de personnes ont dû être hospitalisées cette année pour des affections respiratoires causées par la pollution de l’air.

 

Un soleil rouge vif

 

Selon Rungsrit Kanjanavanit, cardiologue à Chiang Mai, les autorités entretiennent un silence coupable, de peur d’effrayer les touristes pour de bon, dans un pays où ce secteur est vital pour l’économie.

Le temple Doi Suthep à Chiang Mai (nord de la Thaïlande) noyé dans un épais brouillard engendré par les incendies de forêt et le brûlage des chaumes par les agriculteurs
Le temple Doi Suthep à Chiang Mai (nord de la Thaïlande) noyé dans un épais brouillard engendré par les incendies de forêt et le brûlage des chaumes par les agriculteurs. Photo prise le 11 avril 2023
© AFP Lillian SUWANRUMPHA

« Les effets sur la population sont immenses », en particulier sur les enfants et les personnes âgées, explique M. Rungsrit, ajoutant que l’exposition à long terme aux PM2,5 a des conséquences établies sur l’espérance de vie.

« Le soleil était vraiment rouge vif à cause de la fumée dans le ciel, c’était assez, assez étrange et très brumeux », raconte la touriste britannique Lucy Cooper.

« On ne pouvait pas voir plus loin que quelques champs », relate cette femme de 34 ans, venue avec son compagnon et ses deux enfants.

Le smog « cache la beauté de la ville », regrette Chokchai Mongkolcho, un touriste thaïlandais.

« Je me demande si je reviendrai un jour ici si la pollution persiste. »

© AFP

A lire aussi Sénégal: craintes pour le tourisme et l’extraction du sel au lac Rose

Les effets de la pollution de l’air sur la peinture du XIXe siècle

La pollution de l’air, véritable tue-l’amour pour les insectes, selon des chercheurs

Ecrire un commentaire

Bonne nouvelle : les émissions d’une famille de gaz nocive pour la couche d’ozone et le climat diminuent plus vite que prévu

Lire l'article